Les écuries de F1 votent des changements réglementaires

Basile Davoine
motorsport.com

Après des semaines de discussions entre les écuries, la FIA et les dirigeants de la F1 quant à d'éventuels changements visant à réduire les coûts et à améliorer le spectacle, les propositions pour une "nouvelle donne" ont été soumises vendredi à un vote électronique des équipes. Plusieurs sources ont confirmé que les écuries avaient apporté leur soutien à ces changements, parmi lesquels figure l'abaissement du plafond budgétaire de 175 à 145 millions de dollars dès l'an prochain, un système de handicap pour le développement aérodynamique et le recours à certaines pièces en "open source". 

Lire aussi :

Sainz rejoint Ferrari grâce à "la clarté et l'ouverture" de McLaren

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Ces dernières semaines, le point le plus fortement débattu a été le niveau auquel situer le plafond budgétaire,  en tête, étaient favorables à une réduction de celui-ci autour de 100 M$, mais Ferrari avait clairement fait savoir qu'il lui serait impossible d'accepter un niveau inférieur à 145 M$. Ce chiffre a finalement été proposé pour l'an prochain, avec une baisse progressive à 140 M$ en 2022 puis 135 M$ en 2023. Satisfaite par ce compromis, l'écurie italienne aurait finalement voté en faveur de la mesure. 

En plus du plafond budgétaire, d'autres points nouveaux dans la réglementation ont été approuvés. C'est le cas d'un système radical de handicap pour le développement aérodynamique, qui fonctionnera de manière à donner plus de temps en soufflerie et en CFD pour les écuries les moins performantes par rapport aux plus performantes. Le recours à des pièces en "open source" pour des éléments non cruciaux pour la performance des monoplaces a également été accepté.

Maintenant que les écuries ont voté favorablement pour ces mesures, le dossier doit passer entre les mains du Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA afin d'être ratifié. L'instance internationale pourrait s'en charger en début de semaine prochaine par le biais d'un vote électronique au lieu d'attendre le prochain Conseil Mondial, programmé pour la mi-juin. 

À lire aussi