Émilien Jacquelin, 65e du sprint de Pokljuka : « Quelque chose s'est cassé »

Émilien Jacquelin, qui ne participera pas à la poursuite (samedi, 14h45), est apparu très affecté, vendredi, après sa 65e place à l'issue du sprint de Pokljuka (Slovénie).

Émilien Jacquelin, 65e du sprint à Pokljuka et actuel 4e du classement général de la Coupe du monde, au micro de la chaîne L'Équipe : « Par le passé, j'ai réalisé quelque chose d'exceptionnel, ici, à Pokljuka (en 2021, il y avait conservé son titre mondial de poursuite). J'ai l'impression que quelque chose s'est cassé intérieurement ce jour-là. Depuis, je cours derrière quelque chose qui n'est pas moi, qui ne me ressemble pas. J'essaie de retrouver tout mon naturel, mon aisance et ma facilité, mais il y a quelque chose qui s'est cassé. J'avoue que l'on ne peut pas vraiment parler de bonheur, que ce soit sur le pas de tir ou sur les skis. Ça fait partie d'une carrière. J'accepte, j'essaie d'avancer, de progresser. »

Vincent Vittoz (entraîneur de l'équipe de France sur Émilien Jacquelin) : « On est en train de le perdre »

Quentin Fillon Maillet, 9e et meilleur Français du sprint à Pokljuka : « Ça manque cruellement d'énergie sur les skis. Je fais avec ce que j'ai sur le moment. Aujourd'hui, je me pénalise avec une faute au debout mais je continue à donner le maximum. C'est un peu frustrant parce que j'ai été habitué aux belles places l'année dernière et que j'ai du mal à combattre pour les places de tête. C'est le sport. »

Antonin Guigonnat, 10e du sprint à Pokljuka : « Comme j'ai une douleur au dos depuis plusieurs jours, j'étais vraiment dans le doute ce (vendredi) matin et je n'étais pas sûr de faire la course. Du coup, je suis vraiment content de faire 10e. Je suis vraiment soulagé, j'avais vraiment envie de courir. Je suis vraiment trop content d'être aussi bien placé au départ de la poursuite. Vivement demain. »