Un énorme fiasco à prévoir pour Le Graët ?

Le 1er avril prochain, l'En Avant Guingamp doit célébrer les 50 ans de sa première épopée en Coupe de France. A cette époque, Noël Le Graët était le président du club breton et il devrait donc être des festivités. Pour autant, le scandale dans lequel il est plongé pourrait tout gâcher.

« Zidane au Brésil ? Il fait ce qu'il veut, je n'en ai rien à secouer », lançait Noël Le Graët dans l'émission Bartoli Time sur RMC. Depuis, il a été écarté de la présidence de la FFF et des victimes présumées l'accusent d'harcèlement sexuel. Des affaires judiciaires très mal-venues pour le Guingampais qui s'apprête à fêter les 50 ans de la première épopée de l'En Avant Guingamp, club dont il fut président. Au vu de la tournure des événements, cette fête pourrait tourner au vinaigre à cause de Noël Le Graët.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L'EAG va fêter son épopée avec Le Graët

Lors de la saison 1972-1973, l'EAG, alors pensionnaire de Division Supérieure Régionale, équivalent de la D5, réalisait son premier parcours historique en Coupe de France. Les Bretons avaient sorti quatre clubs de D2 (Laval, Brest, Le Mans et Lorient) avant de chuter en huitièmes de finale contre Rouen. Toute cette épopée sous la présidence d'un certain Noël Le Graët, arrivé quelques mois plus tôt, en juin 1972. Le club breton a donc prévu des festivités le 1er avril en marge de la rencontre entre l'EAG et

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com