Équipe de France : ainsi naquit le Deschisme

·1 min de lecture

Le mardi 18 mai au matin, alors que Didier Deschamps s'apprêtait à balancer les 26 soldats prenant le train de l'Euro avec lui, Blaise Matuidi, 34 berges et nouvel homme de l'Inter Miami, tentait un appel du pied désespéré dans les colonnes de L'Équipe : "Quand on a partagé des moments avec l'équipe de France pendant plus de dix ans et qu'il y a une grande compétition, on garde un oeil avisé... Je suis toujours à disposition si on a besoin de moi. Ce n'est pas quelques mois sur un autre continent qui ont changé le Blaise que l'on connaît. Je reste un soldat. Alors si on appelle le soldat Blaise, il sera là pour répondre présent." Plutôt que de sortir de sa pré-retraite celui qui jadis lui servait de talisman côté gauche et demeurait le symbole de la frilosité de son système de jeu, la Dèche a fait preuve de panache - comme jamais depuis le début de son mandat - en prononçant le nom de Karim Benzema, déjà, et en élaborant peut-être…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles