Des équipes s'opposent à un test d'Alonso à Abu Dhabi

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault F1, a exprimé sa frustration face à l'opposition de certaines écuries rivales à la participation de Fernando Alonso aux tests de jeunes pilotes d'Abu Dhabi, en décembre. Ce roulage devait originellement permettre à tous les pilotes de rouler dans des voitures modifiées pour tester les pneus 18 pouces.

Cependant, après la modification de Règlement Technique et le report à 2022, ce test a été transformé en tests de rookies, le Règlement Sportif ayant été ajusté pour le permettre. "Une journée de test d'un jour, avec pour seul objectif d'offrir aux jeunes pilotes l'opportunité de tester une Formule 1 actuelle, organisé sur le circuit sur lequel la dernière épreuve du championnat s'est tenue, [...] ne peut commencer que dans les 48 heures après la fin de l'événement. Jusqu'à deux voitures peuvent être utilisé de concert pour ce test", indique ainsi le règlement.

Lire aussi :

Renault s'oppose aussi au gel moteur dès 2022

Les pilotes éligibles pour ce roulage "doivent être en possession de la Licence Internationale A, et sauf autorisation de la FIA, ne doivent pas avoir couru dans plus de deux courses du Championnat du monde de F1 pendant leur carrière". Les règles permettent aux équipes d'effectuer un test supplémentaire pour un pilote qui n'a pas couru depuis deux ans, mais cela ne s'applique qu'en cas de remplacement en milieu de saison d'un pilote de course titulaire, pour donner au réserviste un kilométrage supplémentaire.

Renault espérait pouvoir se servir de cette opportunité de Yas Marina pour permettre à Alonso de rouler, et le sujet a été évoqué en Commission F1 ce lundi. Cependant, plusieurs écuries ont fait part de leur opposition à l'idée de voir Alonso courir, avec semble-t-il parmi elles McLaren, Ferrari et Racing Point.

Abiteboul espère tout de même encore que la FIA puisse approuver cette participation. "C'était le truc habituel d'essayer de jouer au moindre petit jeu possible", a-t-il déclaré pour Motorsport.com. "Mais la plupart des écuries sont plus pragmatiques. Nous devons juste espérer que la FIA le sera. Renault fait tellement pour les jeunes pilotes."

Dans le même temps, les essais avec des voitures vieilles de deux ans ou plus ne sont pas limités et Alonso roulera justement la semaine prochaine à Bahreïn avec la R.S.18 de 2018.

Lire aussi :

Fernando Alonso va de nouveau rouler avec Renault F1 à Bahreïn

Andreas Seidl, le directeur de McLaren, a confirmé que son écurie s'était opposée par principe à la présence d'Alonso. "Je pense que le règlement dispose qu'il ne peut y avoir de pilotes qui ont fait au [moins] deux Grands Prix. Il donne également à la FIA la possibilité de faire des exceptions, à sa propre discrétion ou à sa seule discrétion. Mais encore une fois, cela ne change pas le seul but de ce test, qui est un test pour jeunes pilotes. Je pense donc qu'il n'y a vraiment pas grand-chose à discuter sur ce sujet."

"Fernando est un grand pilote de F1, avec un palmarès impressionnant. Et je ne vois pas vraiment comment il peut s'inscrire dans le cadre du jeune pilote. D'un autre côté, s'il devait être défini comme un jeune pilote, pour être honnête, je pense que ce serait simplement un grand message pour nous tous, parce que je me considère aussi comme un jeune membre de l'équipe de F1, ce qui me fait du bien ! En même temps, cela ne justifie pas que ce test ait lieu."

La structure de Woking, ainsi que Racing Point, ont par ailleurs indiqué à Motorsport.com qu'elles ne seront pas à Abu Dhabi pour le test car elles n'ont pas de jeune pilote à faire rouler.