Équitation - Olga Safronova, une deuxième athlète biélorusse exilée en Pologne

·1 min de lecture

Un mois après Krystsina Tsimanouskaya, la cavalière biélorusse Olga Safronova a obtenu un visa pour la Pologne, alors qu'elle se sentait menacée dans son pays, a rapporté l'agence de presse PAP ce lundi. Craignant de retourner dans son pays après avoir critiqué le président Alexandre Loukachenko, l'athlète biélorusse Olga Safronova s'est vu offrir par la Pologne un visa humanitaire. La cavalière a déclaré qu'il aurait été « dangereux » pour elle de rester dans son pays, a rapporté lundi l'agence de presse polonaise PAP. Une affaire qui fait écho au précédent Krystsina Tsimanouskaya, exilée elle aussi en Pologne après être entrée en conflit avec sa fédération lors des derniers Jeux Olympiques. Olga Safronova « Si je n'avais pas quitté la Biélorussie, cela aurait été dangereux pour moi. Ici je me sens en sécurité et mes chevaux sont en sécurité. » Exclue de l'équipe nationale d'équitation à Tokyo, en raison d'un cheval ayant été jugé boiteux, Safronova s'est rendue en Pologne, pays accueillant de nombreux dissidents biélorusses. « Lorsque je suis arrivée en Pologne et que j'ai fait examiner le cheval, il était en parfaite santé et apte à la compétition. » Elle s'est alors exprimée contre le président de son pays, Alexandre Loukachenko, et les dirigeants sportifs biélorusses, ce qui lui a valu de se retrouver sur une liste de personnes considérées comme des traîtres. lire aussi Toute l'actu de l'équitation « Si vous vous retrouvez sur cette liste, vous ne pouvez pas travailler ou poursuivre votre carrière sportive, a complété Olga Safronova. Si je n'avais pas quitté la Biélorussie, cela aurait été dangereux pour moi. Ici je me sens en sécurité et mes chevaux sont en sécurité. » Avec son nouveau visa, elle vit et s'entraîne maintenant près de Varsovie, et envisage de demander la nationalité polonaise.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles