On était à la première édition de l'Ultimate Five

Tables de massage avec kinés à disposition, échauffement avec et sans ballon, capteurs sur le mollet, caméras, photographes, entrée sur le terrain en mode Ligue des champions, hymne... Non, cette scène ne s'est pas produite au Stade de France ou au Parc des Princes, mais au Five Paris 18 sur les toits de la capitale où a eu lieu la première édition de l'Ultimate Five. Et si le dispositif autour de la journée est le même que lors d'un match entre joueurs pros, ce qu'il se passe sur le terrain n'a rien à voir ou presque avec un five traditionnel. Si ce n'est concernant les règles, comme l'interdiction de toucher les rambardes ou d'entrer dans la surface de réparation pour les joueurs de champ.

"Kheiron est un vrai malade de five"


À l'origine de ce projet d'Ultimate Five, on retrouve l'humoriste Kheiron : "Je joue beaucoup au five, j'en fais trois par semaine. Et en même temps,…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com