Les États-Unis dominent l'Iran et se qualifient en huitièmes de finale de la Coupe du monde

L'Américain Christian Pulisic a marqué l'unique but du match mais aussi payé de sa personne face à l'Iran. (F. Faugère/L'Équipe)

Grâce à leur courte victoire face à l'Iran (1-0), ce mardi, les États-Unis se qualifient pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Ils affronteront les Pays-Bas, samedi (16 heures).

Le match : 0-1De la première opposition entre les États-Unis et l'Iran en Coupe du monde (1-2), lors de la phase de groupes en 1998, tout le monde se rappellera encore longtemps de la photo symbolique prise avant le match. Mais il faudra aussi se souvenir du résultat de la deuxième, remportée ce mardi par les Américains (1-0), toujours invaincus. Grâce à ce succès, logique au vu de leur domination sur un adversaire inoffensif, ils finissent deuxièmes du groupe B derrière l'Angleterre et se qualifient pour la septième fois de leur histoire pour les huitièmes de finale d'un Mondial. Mais samedi (16 heures), ce sera un tout autre programme face aux Pays-Bas.

lire aussi : Le film du match

Après deux premiers matches aussi convaincants que frustrants, les joueurs de Gregg Berhalter ont attaqué ce seizième de finale, en quelque sorte, avec l'ambition d'aller toujours de l'avant. Ils se sont rapidement procuré les meilleures occasions (17e, 28e et 30e), avant que leur meilleur élément, Christian Pulisic, ouvre le score sur une belle séquence collective, après une remise de Serginho Dest (33e). Timothy Weah a cru doubler la mise juste avant la pause, mais son but a été refusé pour une position de hors-jeu (45e+7).

Comme face au pays de Galles, face auquel il avait fini par craquer (1-1), le Team USA s'est montré moins souverain en seconde période. Il s'est même fait peur sur une tête de l'ancien Amiénois Saman Ghoddos (52e), une autre de Morteza Pouraliganji (90e+3) et une dernière situation bouillante (90e+8). Mais cette fois, le score n'a plus évolué. Et pour la troisième fois en quatre éditions, après 2010 et 2014, les États-Unis, absents en 2018, parviennent à s'extirper des poules. Ce que l'Iran n'est pas passé loin de réussir pour la première fois.

Le joueur : Pulisic buteur malheureuxTrès attendu depuis le début du tournoi, Christian Pulisic aura patienté jusqu'au troisième match pour marquer son premier but, son 22e en sélection (en 55 apparitions). Déjà passeur décisif pour Weah face au pays de Galles (1-1), l'ailier de Chelsea (24 ans) ne s'est pas ménagé en première période, au point de devoir sortir à la mi-temps, après un gros choc avec le gardien iranien Alireza Beiranvand sur son but (38e). Mais à ce moment-là, les Américains avaient fait le plus dur, sachant que leurs huit derniers matches avec un but de l'ancien joueur de Dortmund s'étaient soldés par une victoire. Ils peuvent à nouveau remercier leur porte-bonheur.

lire aussi : Groupe B : résultats et classement