10 000 supporters de l'équipe de France seront au Qatar pour la Coupe du monde

Les supporters français seront 10 000 pour la Coupe du monde au Qatar. (JFK/Presse Sports)

L'ambassadeur de France au Qatar a annoncé que 10 000 supporters français assisteraient à la Coupe du monde (20 novembre-18 décembre). 300 représentants des ministères français de l'Intérieur et de la Défense assureront la sécurité.

Invité de la chaîne de télévision sportive locale, Al-Kass, lundi soir, l'ambassadeur de France au Qatar, Jean-Baptiste Faivre, a annoncé que 10 000 supporters français assisteraient à la Coupe du monde (20 novembre-18 décembre) et que 300 représentants des ministères français de l'Intérieur et de la Défense assureraient la sécurité de l'événement. La France fait partie des dix nations qui ont acheté le plus de billets, avec le Qatar, les États-Unis, l'Arabie saoudite, l'Angleterre, le Mexique, les Émirats arabes unis, l'Argentine, le Brésil et l'Allemagne.

M. Faivre a également souhaité « clarifier la position française » sur les appels au boycott : « La réponse est, bien sûr, non. La France ne boycottera pas la Coupe du monde. » Interrogé sur la décision de certaines municipalités, dont Paris, de ne pas installer d'écrans géants pour diffuser les matches, l'ambassadeur a rappelé qu'elles sont « indépendantes du gouvernement » et estimé que leur choix s'explique aussi par le « froid » et les « conditions économiques que nous vivons en France ».

lire aussi : Boycott des écrans géants pour la Coupe du monde : un choix politique et financier

D'anciens joueurs (dont Éric Cantona), dirigeants politiques et municipalités françaises ont appelé ces derniers mois à boycotter la Coupe du monde dans le petit émirat du Golfe, critiqué sur le respect des droits humains, notamment des travailleurs migrants, et de l'environnement, mais sans rencontrer d'écho massif.

M. Faivre a évoqué des « idées préconçues » sur le Qatar dans l'Hexagone. « Il faudrait plus d'équilibre, et c'est pourquoi je suis ici aujourd'hui », a-t-il poursuivi, avant d'insister sur la qualité du « partenariat » entre les deux États. « Bien sûr, le Qatar est connu comme un partenaire économique, et c'est vrai car les investissements et les contrats sont synonymes d'emplois et de croissance en France, mais les relations entre le Qatar et la France vont bien au-delà », a-t-il affirmé.