10 pilotes que l'on a vus une seule fois sur le podium

Léna Buffa
motorsport.com

Lire aussi :

Les dix podiums de Romain Grosjean en Formule 1

Cliquez sur les flèches pour passer d'une photo à l'autre.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Olivier Jacque - GP de Chine 2005

Olivier Jacque - GP de Chine 2005 <span class="copyright">Kawasaki Racing Team</span>
Olivier Jacque - GP de Chine 2005 Kawasaki Racing Team

Kawasaki Racing Team

Alex Hofmann blessé, Olivier Jacque est de retour sur la grille MotoGP pour ce troisième Grand Prix de la saison. Au guidon de la Kawasaki, il se trouve sur un pied d'égalité avec les autres pilotes, tous découvrant cette année-là le circuit de Shanghai. À la chaleur étouffante du début de week-end se mêle une humidité qui ne cesse de grimper, et le dimanche c'est sous la pluie que les pilotes s'élancent. Quinzième sur la grille, OJ ne tarde pas à remonter vers la tête de la course, très à l'aise. Alors que Rossi s'installe rapidement à la place de leader, le Français se défait de Biaggi, puis de Gibernau à huit tours de l'arrivée, et fond sur le #46 à un rythme de folie. Il en termine finalement deuxième, à 1"7 de Rossi.

Olivier Jacque - GP de Chine 2005 : 2e derrière Valentino Rossi

Olivier Jacque - GP de Chine 2005 : 2e derrière Valentino Rossi <span class="copyright">Gauloises Fortuna Racing</span>
Olivier Jacque - GP de Chine 2005 : 2e derrière Valentino Rossi Gauloises Fortuna Racing

Gauloises Fortuna Racing

Akira Ryo - GP du Japon 2002

Akira Ryo - GP du Japon 2002 <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Akira Ryo - GP du Japon 2002 Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Pilote maison de Suzuki, Akira Ryo avait déjà disputé le Grand Prix du Japon en tant que wild-card à deux reprises, mais bien malin qui aurait pu parier sur sa prestation en 2002. Parti de la deuxième ligne, il se joue des éléments alors que, là aussi, la pluie vient compliquer la donne, et bondit en tête dès le départ. Il tient cette position pendant 15 tours, tandis que derrière lui les chutes se multiplient, puis à six tours de l'arrivée c'est Valentino Rossi qui se charge de le priver de son rêve.

Akira Ryo - GP du Japon 2002 : 2e derrière Valentino Rossi

Akira Ryo - GP du Japon 2002 : 2e derrière Valentino Rossi <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Akira Ryo - GP du Japon 2002 : 2e derrière Valentino Rossi Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Alex de Angelis - GP d'Indianapolis 2009

Alex de Angelis - GP d'Indianapolis 2009 <span class="copyright">Bridgestone Corporation</span>
Alex de Angelis - GP d'Indianapolis 2009 Bridgestone Corporation

Bridgestone Corporation

Alex de Angelis avait déjà connu les joies du podium, et même de la victoire, dans la catégorie inférieure, mais il n'a encore qu'un an d'expérience en MotoGP, au guidon d'une machine satellite, lorsqu'il livre sa plus belle prestation à Indianapolis. Alors que Rossi se bat contre Lorenzo en tête, et chute, De Angelis affronte les Américains chez eux. Il vient à bout de Colin Edwards, puis de Nicky Hayden, pour s'inviter à une belle deuxième place, emblématique de ses progrès et de ceux de sa machine cette année-là.

Alex de Angelis - GP d'Indianapolis 2009 : 2e derrière Jorge Lorenzo

Alex de Angelis - GP d'Indianapolis 2009 : 2e derrière Jorge Lorenzo <span class="copyright">Bridgestone Corporation</span>
Alex de Angelis - GP d'Indianapolis 2009 : 2e derrière Jorge Lorenzo Bridgestone Corporation

Bridgestone Corporation

Aleix Espargaró - GP d'Aragón 2014

Aleix Espargaró - GP d'Aragón 2014 <span class="copyright">Ducati Corse</span>
Aleix Espargaró - GP d'Aragón 2014 Ducati Corse

Ducati Corse

La pluie, encore elle, vient gâcher la fête lors du Grand Prix d'Aragón 2014. Enfin, pas pour tout le monde, car Aleix Espargaró en profite pour faire bondir son Open vers les avant-postes et se mêler aux plus puissantes des MotoGP. Au guidon de la Forward Yamaha dont il est si nostalgique, l'Espagnol applique la meilleure stratégie en étant le premier à changer de moto lorsque la météo se dégrade. Marc Márquez, à l’inverse, fera l'erreur de rester en slicks sur le mouillé et c'est ainsi qu'il tombe à trois tours de l'arrivée alors qu'il était en tête. Dès lors en lice pour le podium, Espargaró donne tout et arrache la deuxième place à Cal Crutchlow, alors sur la Ducati officielle.

Aleix Espargaró - GP d'Aragón 2014 : 2e derrière Jorge Lorenzo

Aleix Espargaró - GP d'Aragón 2014 : 2e derrière Jorge Lorenzo <span class="copyright">Bridgestone Corporation</span>
Aleix Espargaró - GP d'Aragón 2014 : 2e derrière Jorge Lorenzo Bridgestone Corporation

Bridgestone Corporation

Jonas Folger - GP d'Allemagne 2017

Jonas Folger - GP d'Allemagne 2017 <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Jonas Folger - GP d'Allemagne 2017 Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Son coéquipier, Johann Zarco, a marqué les esprits depuis le début de la saison, mais à domicile c'est Jonas Folger qui prend le leadership chez Tech3. En essais libres comme en qualifications, le rookie allemand est au rendez-vous, et c'est même lui qui signe le meilleur temps du warm-up, fin prêt pour la course. Transcendé, Folger parvient à se battre contre Márquez, pourtant invaincu sur place ! Il a du répondant face au #93, boucle cinq tours en tête et ne quitte sa roue lorsque l'Espagnol prend les rênes. Il cède finalement du terrain dans les trois derniers tours, mais il a malgré tout connu son heure de gloire.

Jonas Folger - GP d'Allemagne 2017 : 2e derrière Marc Márquez

Jonas Folger - GP d'Allemagne 2017 : 2e derrière Marc Márquez <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Jonas Folger - GP d'Allemagne 2017 : 2e derrière Marc Márquez Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Pol Espargaró - GP de Valence 2018

Pol Espargaró - GP de Valence 2018 <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Pol Espargaró - GP de Valence 2018 Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Leader du programme KTM depuis l'entrée du constructeur autrichien en MotoGP, Pol Espargaró a été de toutes les innovations et il a partagé chacun des succès savourés au fil du chemin. Mais en cette fin de saison 2018, c'est une récompense bien au-delà de ses espoirs qui l'attend, alors que la pluie pousse à l'interruption de la course de Valence. Malgré une chute, le pilote espagnol parvient à repartir et bien lui en prend, puisqu'au restart il parvient à se propulser parmi les premières positions. Huit pilotes manquent à l'appel et lorsque Valentino Rossi tombe lui aussi à cinq tours de l'arrivée, Espargaró place pour la première fois la KTM sur le podium.

Pol Espargaró - GP de Valence 2018 : 3e derrière Andrea Dovizioso et Álex Rins

Pol Espargaró - GP de Valence 2018 : 3e derrière Andrea Dovizioso et Álex Rins <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Pol Espargaró - GP de Valence 2018 : 3e derrière Andrea Dovizioso et Álex Rins Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Stefan Bradl - GP des États-Unis 2013

Stefan Bradl - GP des États-Unis 2013 <span class="copyright">Bridgestone Corporation</span>
Stefan Bradl - GP des États-Unis 2013 Bridgestone Corporation

Bridgestone Corporation

Sacré en Moto2 deux ans plus tôt, Stefan Bradl réalise des débuts prometteurs en MotoGP, au guidon d'une Honda satellite qui, régulièrement, se mêle au haut du panier. Il parait même surprenant qu'il n'ait pas obtenu plus qu'un seul podium, celui qu'il décroche en 2013 à Laguna Seca. Auteur la veille de son unique pole position en MotoGP, il mène la course durant 18 tours avant de voir fondre sur lui Marc Márquez, l'un de ses anciens adversaires dans la catégorie inférieure, tout juste arrivé parmi l'élite mais décidément invincible aux USA quelle que soit la série.

Stefan Bradl - GP des États-Unis 2013 : 2e derrière Marc Márquez

Stefan Bradl - GP des États-Unis 2013 : 2e derrière Marc Márquez <span class="copyright">Yamaha MotoGP</span>
Stefan Bradl - GP des États-Unis 2013 : 2e derrière Marc Márquez Yamaha MotoGP

Yamaha MotoGP

Katsuyuki Nakasuga - GP de Valence 2012

Katsuyuki Nakasuga - GP de Valence 2012 <span class="copyright">Yamaha MotoGP</span>
Katsuyuki Nakasuga - GP de Valence 2012 Yamaha MotoGP

Yamaha MotoGP

On a souvent vu Katsuyuki Nakasuga sur la grille MotoGP, mais jamais plus d'une fois par an et toujours au Japon pour la traditionnelle wild-card de Yamaha... sauf en 2012. Ben Spies blessé, le constructeur d'Iwata fait appel à son fidèle lieutenant et là, surprise ! Vaillamment qualifié en 16e position, rien ne prédisait sa performance en course, cependant la pluie rebat une nouvelle fois les cartes. La course flag-to-flag chamboule l'ordre établi, au point que c'est Dani Pedrosa que l'on voit s'imposer alors qu'il s'était élancé de la pitlane. D'autres choisissent de rentrer au stand pendant la course pour changer de moto, mais Nakasuga, lui, profite d'être parti en slicks pour mener sa barque. En vrai funambule, il passe au travers des pièges et peut se targuer de devancer Casey Stoner !

Katsuyuki Nakasuga - GP de Valence 2012 : 2e derrière Dani Pedrosa

Katsuyuki Nakasuga - GP de Valence 2012 : 2e derrière Dani Pedrosa <span class="copyright">Repsol Media</span>
Katsuyuki Nakasuga - GP de Valence 2012 : 2e derrière Dani Pedrosa Repsol Media

Repsol Media

Noriyuki Haga - GP du Japon 1998

Noriyuki Haga - GP du Japon 1998 <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Noriyuki Haga - GP du Japon 1998 Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Noriyuki Haga s'était déjà fait remarquer par ses wild-cards en World Superbike, et alors qu'il vient de commencer sa première saison complète dans le championnat (avec un podium et une victoire), le voici qui rejoint les Grands Prix pour une première participation à domicile. Et c'est un coup de maître, car le Japonais réalise un départ canon puis parvient à se maintenir aux avant-postes. Un temps repris par Norick Abe, il profite de la chute de son compatriote pour se réinstaller, cette fois définitivement, sur le podium.

Noriyuki Haga - GP du Japon 1998 : 3e derrière Max Biaggi et Tadayuki Okada

Noriyuki Haga - GP du Japon 1998 : 3e derrière Max Biaggi et Tadayuki Okada <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Noriyuki Haga - GP du Japon 1998 : 3e derrière Max Biaggi et Tadayuki Okada Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Ruben Xaus - GP du Qatar 2004

Ruben Xaus - GP du Qatar 2004 <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Ruben Xaus - GP du Qatar 2004 Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Le Grand Prix du Qatar 2004 est surtout resté dans les mémoires pour le fameux "nettoyage" de la piste opéré par les proches de Valentino Rossi et de Max Biaggi, ce qui avait valu aux deux pilotes de partir du fond de la grille, et pourtant il tient une place à part dans la carrière de Ruben Xaus. Pour sa première saison en MotoGP, l'Espagnol a plusieurs fois placé sa Ducati satellite dans le top 10 et, dans la chaleur de Losail, un bon départ le propulse d'emblée dans le groupe de tête. Sete Gibernau et Colin Edwards ne tardent pas à s'échapper, suivis par Carlos Checa, solide troisième. L'abandon de l'Espagnol, à quatre tours de l'arrivée, avec une moto à l'agonie, offre finalement la récompense à Xaus.

Ruben Xaus - GP du Qatar 2004 : 3e derrière Sete Gibernau et Colin Edwards

Ruben Xaus - GP du Qatar 2004 : 3e derrière Sete Gibernau et Colin Edwards <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Ruben Xaus - GP du Qatar 2004 : 3e derrière Sete Gibernau et Colin Edwards Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

À lire aussi