Les 16 saisons en Bleu de Steve Mandanda

Steve Mandanda en 2008, 2018 et 2022. (L'Équipe)

International français depuis 2008, Steve Mandanda doit annoncer, à 37 ans, la fin de son aventure avec les Bleus. En 35 sélections, le champion du monde a tout connu, de Knysna à Doha.

International français depuis 2008, Steve Mandanda doit annoncer, à 37 ans, la fin de son aventure avec les Bleus où le champion du monde aux 35 sélections a tout connu de Knysna à Doha.

27 mai 2008 : la première contre l'EquateurAppelé par Raymond Domenech, le Marseillais Steve Mandanda (23 ans) honore sa première sélection le 27 mai 2008 à Grenoble, face à l'Équateur (2-0), match de préparation à l'Euro 2008. Derrière Coupet, Landreau et Frey, dans la liste des 30, il semble faire office de pièce rapportée et de victime toute désignée au moment du choix final du sélectionneur. Entré à la pause, il n'a pas beaucoup de travail, mais « s'est montré sûr dans ses prises de balle » selon L'Équipe qui lui accorde la note de 5,5. Finalement, il ira à l'Euro, pas Landreau.

2008-2009 : titulaire sur la route de l'Afrique du SudLe nouveau chouchou du Vélodrome prend du galon quand les deux gardiens qui le devancent annoncent leur retraite internationale. Il sera titulaire avec les Bleus sur six matches de qualification pour la Coupe du monde 2010, jusqu'à l'émergence d'Hugo Lloris : après un amical en Suède (2-3) il débute par Autriche-France (3-1) le 6 septembre 2008 où, pas aidé par sa défense, il récolte la note de 4.

2009 : désormais doublure de LlorisAprès cette saison comme titulaire en bleu, Mandanda voit donc Hugo Lloris lui passer devant pour le reléguer sur le banc pendant plus de 13 ans avec trois sélectionneurs : Raymond Domenech, Laurent Blanc (2010-2012) et Didier Deschamps (depuis 2012). Après l'Euro 2008, il enchaîne avec la Coupe du monde 2010 puis l'Euro 2012 dans un rôle de doublure d'Hugo Lloris avant de manquer l'unique phase finale de sa carrière : la Coupe du monde au Brésil en 2014, à cause d'une fissure aux cervicales fin mai. Sans cette blessure, il aurait pu être l'un des trois joueurs de l'équipe de France à compter quatre participations à une Coupe du monde avec Thierry Henry et Hugo Lloris.

2018 : champion du monde, en jouantDe Knysna (Afrique du Sud) en 2010 à Istra (camp de base des Bleus en Russie en 2018), l'ancien Havrais a connu le pire et le meilleur de l'équipe de France. C'est en Russie qu'il dispute son premier match de Coupe du monde, sous les ordres de Deschamps, qui l'a dirigé à l'OM à de 2009 à 2012 et avec qui il a été champion de France en 2010. Mais aussi avec l'entraîneur des gardiens tricolores, Franck Raviot, qu'il fréquente depuis les Espoirs en 2004. Ce sera le match des coiffeurs contre le Danemark le 26 juin 2018 (0-0) dans un tournoi où le gardien champion du monde a recadré plusieurs fois Kylian Mbappé en y mettant les formes quand la pépite tricolore avait tendance à s'enflammer.

2021 : retraite anticipée...Depuis l'automne 2021, Mandanda - devenu numéro 1 bis de Pau Lopez à l'OM ne semble plus entrer dans les plans de Deschamps. Mais à 37 ans, en quittant à l'été 2022 un club où il a passé 14 saisons pour Rennes, le gardien aux 613 matches sous le maillot phocéen a fait un choix finalement « gagnant-gagnant » avec le club breton.

Deschamps le rappelle en effet dans le groupe, fin septembre 2022 en Ligue des nations après une blessure de Mike Maignan, au bon moment. Il est remplaçant, mais à cette époque, le sélectionneur sait déjà qu'il va emmener un groupe jeune et moins expérimenté au Qatar. Il doit aussi combler un vide de leadership laissé par l'absence de Paul Pogba...

30 novembre 2022 : la der contre la TunisieSans la blessure du Milanais Mike Maignan (au mollet), Mandanda n'aurait pas fait le voyage au Qatar pour sa deuxième Coupe du monde. Le 30 novembre 2022, Hugo Lloris, qui aurait pu vivre face à la Tunisie (0-1, 3e match de poule) sa 142e sélection et égaler le record de Lilian Thuram en équipe de France, s'efface au profit de sa doublure (34 sélections). Pour souffler mais aussi pour la récompenser.

Dans sa 16e saison en équipe de France en 18 ans de carrière, « Il Fenomeno » joue ainsi son deuxième match de phase finale pour son septième grand tournoi (Euros 2008, 2012, 2016, 2021 et Coupes du monde 2010, 2018, 2022). Une note de 4 pour le gardien qui, selon L'Équipe, « n'a pas eu son influence habituelle », deux ans après sa dernière apparition dans les buts (France-Finlande 11 novembre 2020, 1-2). Son nom figurera, lors de la finale contre l'Argentine, sur la feuille de match des Bleus pour la 160e fois. Un record.