1991, la première vraie crise du football français

SO FOOT
So Foot

Pendant qu'à Marseille, on sabre le champagne – ou plutôt le pastis – sur le Vieux-Port, en ce mois de mai 1991 après le titre de champion de la bande à Papin et Cantona, la France du football, elle, vacille. "On savait que pas mal de clubs avaient des difficultés financières", livre Gervais Martel, l'ex-président du Racing Club de Lens (1988-2012, 2013-2017), alors membre du conseil d'administration de la Ligue nationale de football (ancêtre de la LFP). Bordeaux, Brest et Nice sont dans le viseur des autorités. "En 1989, la direction nationale de gestion et de contrôle (DNCG) est lancée, détaille Jean-Baptiste Giniès, avocat du droit du sport au barreau de Montpellier. À l'époque, le déficit global du football français était estimé à 150 millions d'euros (soit 1 milliard de francs, N.D.L.R.)." Les collectivités locales ne viennent plus déposer de garrot sur les dettes, pendant que certains présidents flambent.…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi