23 GP en 2021 : Grosjean craint "une explosion en plein vol"

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Pour la campagne à venir, la catégorie reine du sport automobile adopte provisoirement (sous réserve de l'impact de la pandémie de COVID-19) un calendrier plus chargé que jamais avec un nombre record de 23 Grands Prix au calendrier. On y retrouve notamment deux triple-headers – soit six Grands Prix – en l'espace de sept week-ends. Ce programme sera particulièrement éreintant pour tout un chacun, et , s'il s'apprête à quitter la Formule 1, en est quand même bien conscient.

Lire aussi :

23 Grands Prix en 2021 : la F1 va-t-elle trop loin ?

"Vingt-trois [courses] l'an prochain, courage aux mecs qui vont faire ça", commente le pilote Haas. "Il y a deux triple-headers en deuxième partie de saison… à voir jusqu'où ça va, mais à pousser le bouchon toujours plus loin, j'ai peur qu'il y ait une explosion en plein vol."

Grosjean est par ailleurs déçu de ne pas voir des pistes intégrées exceptionnellement au calendrier 2020 en raison de la crise du coronavirus y rester pour l'avenir, à tel point qu'il suggère un système de rotation. "Clairement, je pense qu'il y a de très beaux circuits où il faudrait que la Formule 1 aille plus souvent", estime le Français à l'aube de sa première course à Istanbul dans l'élite. "Là, on arrive en Turquie, la piste est magnifique, ça donne envie de rouler. Imola, Mugello, même Portimão, c'était super sympa."

"Vraiment, on a vu des pistes cette année qui étaient top. J'ai vu le calendrier de l'année prochaine, il y en a beaucoup qui re-disparaissent. Après, il y en a qui réapparaissent, mais pourquoi pas se poser la question dans le futur de savoir s'il n'y a pas une année où l'on fait peut-être des circuits plus historiques, plus anciens, et une année où l'on fait des circuits plus modernes avec des nouveaux marchés. Je serais pour un roulement."