24 Heures du Mans - Brendon Hartley, 2e des 24 Heures du Mans avec la Toyota n°8 : « On gagne en équipe »

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Brendon Hartley, pilote de la Toyota n°8, qui a dû s'incliner face à la n°7 aux 24 Heures du Mans, mettait en avant le doublé réussi par l'équipe japonaise, ce dimanche. Sébastien Buemi (Toyota n°8, 2e des 24 Heures du Mans) : « Malheureusement, on se fait heurter au premier virage. C'est un peu décevant pour une course de 24 heures avec un démarrage sous la pluie... Ensuite, j'ai dû éteindre complètement la voiture et la rallumer donc on a perdu pas mal de temps, on s'est retrouvés complètement derniers, il a fallu remonter. lire aussi La Toyota n°7 s'impose aux 24 Heures du Mans, quatrième succès consécutif pour le constructeur japonais À un moment, on était même en tête de la course donc c'est vrai qu'on y croit, on y croit tout le temps. Malheureusement, on était très compétitifs en début de course, un cran au-dessus de la voiture qui gagne mais, au fur et à mesure, on est allés un petit peu moins vite, puis on a rencontré quelques petits soucis techniques. Mais on réussit quand même à apporter le doublé pour Toyota, ce qui était l'objectif. C'est sûr qu'on aurait préféré gagner mais finir deuxième, c'est bien aussi. Félicitations à la n'°7, elle le méritait. On essayera de revenir l'année prochaine plus forts. » lire aussi Mike Conway, vainqueur des 24 Heures du Mans avec la Toyota n°7 : « Gagner enlève un poids de mes épaules » Brendon Hartley « Ce n'est pas une déception » Brendon Hartley (Toyota n°8, 2e des 24 Heures du Mans) : « Ce n'est pas une déception. Faire un doublé était incroyablement important. Nous étions attendus ! Prendre cette nouvelle voiture et l'amener au bout, avec nous les pilotes qui la poussons parfois trop, c'est une réussite. Et un travail d'équipe : on a eu ce problème d'essence à la fin et on n'était pas certains de terminer. Félicitations à l'équipe, qui a trouvé une solution viable. Seb (Buemi) a servi de cobaye. [...] Pour nous les pilotes, ça n'était pas facile. On était déjà bien occupés et il fallait en plus pousser tous ces boutons sur le volant à chaque freinage et à chaque tour ! Le fait qu'on ait trouvé cette solution a permis à la n'°7 d'arriver au bout. [...] Je suis très heureux pour eux, ils ont manqué de chance ces dernières années. Bien sûr, on voulait gagner mais on les respecte et on gagne en équipe. » lire aussi Tous nos articles sur les 24 Heures du Mans

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles