24 Heures du Mans - La Toyota n°7 s'impose aux 24 Heures du Mans, quatrième succès consécutif pour le constructeur japonais

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La Toyota n°7 (Mike Conway - Kamui Kobayashi - Jose Maria Lopez) a remporté dimanche la 89e édition des 24 Heures du Mans. C'est le premier succès pour cet équipage et le quatrième consécutif pour le constructeur japonais.

Enfin ! Après avoir été maudit à de nombreuses reprises ces dernières années, l'équipage de la Toyota n°7, composé de Mike Conway, Kamui Kobayashi et Jose Maria Lopez, s'est enfin imposé aux 24 Heures du Mans. Pas de rebondissement rocambolesque, ni à la première, ni à la dernière minute, le chat noir a enfin décidé de quitter ce stand et laisser tranquille ce trio du clan japonais. La GR010 n°7 est donc la première lauréate de la nouvelle catégorie Hypercar, qui fait ses débuts cette année en Championnat du monde d'endurance et au Mans.

D'aucuns diront que c'est amplement mérité, et au vu du déroulement de la course, leur succès ne souffre en effet aucune contestation, puisque la n°7 s'est montrée la plus régulière, la plus fiable, faute d'avoir été forcément la plus rapide des deux Toyota (c'est Brendon Hartley qui a signé le meilleur chrono en 3'27"607), et pour une fois la plus chanceuse, puisque sa soeur a rencontré plus de problèmes, à commencer par l'accrochage au départ avec une Glickenhaus, et de nombreux soucis de pression d'essence durant la matinée de dimanche. Conway, Kobayashi et Lopez ont été pour une fois épargnés par le mauvais sort, et ont devancé sur la ligne le trio Buemi - Nakajima - Hartley de deux tours.

Si le constructeur japonais a réalisé le doublé, c'est donc qu'Alpine n'a pas été en mesure de l'en empêcher. Et en effet, l'A480 n°36 (Negrao - Lapierre - Vaxivière), si elle monte sur la troisième marche du podium après avoir gagné son duel avec la Glickenhaus n°708 (Derani - Mailleux - Pla), n'avait pas le rythme pour titiller des GR010 aussi fiables. Qui plus est, la sortie de piste de Matthieu Vaxivière samedi vers 23h10, qui est resté bloqué dans le bac à graviers environ trois minutes, n'a pas aidé. Mais même sans ça, l'ancienne LMP1 modifiée en Hypercar n'aurait pas pu jouer les premiers rôles.

Les deux Glickenhaus à l'arrivée, une belle surprise

Quant aux protos américains du millionnaire James Glickenhaus, elles ont surpris, en atteignant toutes deux l'arrivée déjà (4e et 5e), et en démontrant un rythme en course assez impressionnant, preuve que le moteur ardéchois de Pipo Moteurs marche fort. Elles n'ont pas souffert de problèmes de fiabilité majeurs et ont donc permis aux cinq Hypercar de finir aux cinq premières places du classement général

Ce n'était pourtant pas gagné, tant les LMP2 ont chèrement vendu leur peau. Si aucune d'entre elles n'a évidemment été en mesure de viser le podium, certaines ont été capables à un moment de la course de s'intercaler entre les Glickenhaus. Et après une intense bataille et 24 heures très animées dans cette catégorie, beaucoup plus qu'en Hypercar, c'est la n°31 du Team WRT (Frijns - Habsburg - Milesi), qui faisait ses débuts au Mans, qui a remporté la victoire, après un problème mécanique dans le dernier tour de sa soeur, la n°41 (Kubica - Delétraz - Ye).

En GTE, l'écurie italienne AF Corse est à l'honneur avec le succès de ses Ferrari 488 à la fois en Pro, avec la n°51 (Guidi - Calado - Ledogar), et en GTE AM, avec la n°83 (Perrodo - Nielsen - Rovera).

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles