De 3ème à 18ème comment expliquer la chute de Griezmann au classement du Ballon d’Or ?

En 2016, Antoine Griezmann voulait "manger à la table des Ronaldo et des Messi". Il a, semble-t-il, quelque peu surestimé son appétit. Finaliste de l'Euro en France, finaliste fréquent de la Ligue des champions avec son équipe de l'Atlético Madrid, Griezmann a toujours dû se contenter du strapontin, sinon du tabouret et de grignoter les apéritifs, laissant le festin à l'Argentin et au Portugais.


Il était pourtant troisième en 2016 au classement du Ballon d'Or. Il est 18e cette année. Ce n'est pas une regression, il s'agit d'une véritable chute. Le buteur des rojiblancos pourra trouver matière à consolation en découvrant qu'il devance Eden Hazard (Chelsea) et David De Gea (Manchester United). Il fait également mieux, et c'était prévisible au vu du début de saison de ce dernier qu’un Karim Benzema 25e. Mais devancer Benzema actuellement n'est pas forcément un gage de qualité.


Néanmoins, l'ancien joueur de la Real Sociedad est moins bien classé que ses deux autres compatriotes : le jeune Kylian Mbappé (PSG) et N’Golo Kanté (Chelsea). Et si Griezmann cherche à  jauger son niveau actuel, ce n'est pas à Ronaldo qu'il devra se comparer, mais à d'autres joueurs du Real Madrid. Ainsi, le Français est devancé par deux joueurs du club voisin, Toni Kroos et Marcelo, respectivement 17e et 16e.

Comment perd-on 15 places en une année ? Et bien plusieurs facteurs sont entrés en jeu pour Griezmann. Tout d'abord, il a choisi de rester à l'Atlético l'été dernier, alors que tout indiquait une fin de cycle pour le club entraîné par Diego Simeone après un nouvel échec en demi-finales de Ligue des champions face au Real Madrid. Un départ vers Manchester United semblait la suite logique pour la carrière du Français, mais l'Atlético a été interdit de recrutement par la FIFA et Griezmann a choisi de rester. Une décision "qu'il ne regrette pas", comme il l'avait confié en novembre dernier à Telefoot. 

En novembre justement, Griezmann avait mis fin à une disette de 8 matches, entretenue depuis fin septembre, avec un sublime retourné acrobatique inscrit contre la Roma en Ligue des champions. La qualité est toujours au rendez-vous, c'est plutôt la quantité qui fait défaut au Français. Pour se relancer "Griezou" devrait envisager un départ vers un club plus prestigieux, trouver un tremplin vers de nouvelles ambitions. Personne au sein de l'Atlético Madrid, reversé en Europa League après une campagne calamiteuse en phase de groupes de la Ligue des champions, ne pourra désormais lui en tenir rigueur. À Manchester United ou au Barça, Griezmann se rapprocherait sensiblement de la table des grands. 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages