71 % des Français favorables à ce que le ministre des sports soit un ancien sportif

Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux sports et Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. (A. Mounic/L'Équipe)

Un sondage, opéré par opinionway pour Calif, démontre que 71 % des Français préfèrent que le poste de ministre des sports soit occupé par un ancien sportif. Les 1 057 personnes interrogées ont également été consultées sur Paris 2024, l'esport et la place du sport en général.

Alors que le nouveau gouvernement devrait être annoncé à la fin de la semaine, 71 % des Français estiment que le poste de ministre des Sports doit être occupé par un ancien sportif, selon un sondage opinionway pour Calif. L'étude, réalisée sur 1 057 personnes âgées de plus de 18 ans selon la méthode des quotas (critères de sexe, d'âge, de catégorie socioprofessionnelle...), montre que la majorité des sondés préfère que « le ministre en charge des sports soit un ancien sportif, même s'il est novice en politique ». 27 % d'entre eux considèrent cependant qu'un ancien sportif « ne connaît pas assez la politique pour pouvoir être efficace dans la gestion des dossiers et porter des mesures nécessaires. »

lire aussi
Tony Parker, Amélie Oudéa-Castéra... : qui pour remplacer Roxana Maracineanu ?

Les 1 057 personnes interrogées ont également été consultées sur les JO de Paris 2024. 65 % jugent que les JO en France sont « une bonne chose » pour le développement des infrastructures et 69 % voient le côté positif pour « le moral des Français » et l'économie nationale. En revanche, 54 % alertent sur le côté négatif de Paris 2024 sur l'environnement.

L'esport divise
Concernant l'esport, les avis sont partagés. Si 67 % des sondés assurent que ce « n'est pas vraiment un sport », 75 % d'entre eux pensent que la discipline va se développer dans les prochaines années et 37 % sont favorables à ce que l'esport soit intégré aux grandes compétitions sportives internationales. Ils sont également 31 % à estimer que les joueurs professionnels peuvent être considérés comme des sportifs.

L'institut de sondage a également posé la question de « la place du sport en général » dans le quotidien des Français. Là encore, les positions diffèrent. 52 % des sondés estiment que le sport « n'a pas une place importante » mais ils sont 91 % à penser que le sport est un sujet de santé publique. Plus de 80 % considèrent que le sport est « un vecteur de lien social » et « favorise le vivre ensemble ». 61 % estiment que le développement du sport chez les jeunes est prioritaire, contre seulement 22 % pour l'investissement public dans les infrastructures sportives pour les professionnels. Enfin, la médiatisation du handisport et du sport féminin est considérée « prioritaire ou importante » par plus de 85 % de sondés.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles