Abandons : « Un animal n’est pas une marchandise », s’insurge le président de la SPA

Abandons : « Un animal n’est pas une marchandise », s’insurge le président de la SPA

INTERVIEW - La SPA a connu un été « paradoxal », selon Jacques-Charles Fombonne, avec une légère baisse des abandons, mais aussi des adoptions

Le triste record des abandons de la période estivale 2021 n’est pas atteint… mais presque. Les équipes de la SPA ont accueilli entre le 1er mai et le 31 août 2022, dans leurs 63 refuges, 16.457 animaux (chiens, chats et NACs), soit une baisse de 2,7 % par rapport à l’an passé. Mais cette année, la difficulté s’est trouvée dans la surcharge des refuges. Ils ont été saturés dès le début de la saison, avec une baisse de 9 % des adoptions au premier trimestre, ce qui a compliqué leur tâche tout l’été.

Faute de places, ils ont dû refuser des abandons dès la mi-août, développant une longue file d’attente. Jacques-Charles Fombonne, le président de la SPA, répond à nos questions.

Quel bilan tirez-vous de cet été ?

Il est paradoxal parce qu’on n’a pas eu plus d’abandons que l’an dernier, mais il faut relativiser ce résultat avec deux paramètres. Le premier, c’est que 2021 avait été une très mauvaise année. Et on est à seulement quelques animaux près sur les abandons. Le deuxième, c’est qu’on a eu beaucoup moins d’adoptions au printemps. Au lieu de commencer l’été avec 3.500 ou 4.000 animaux en refuges, on a commencé à 6.000, déjà à bloc. Et d’autres associations ont eu le même problème. A partir du 10 août, nous avons dû refuser des abandons. Si on avait eu(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
A l'adoption ou sur Instagram, pourquoi le chat noir est-il laissé pour compte ?
Bien-être animal : La SPA réclame « un défenseur des droits des animaux »
Paris : Une association dénonce les manquements de la Ville de Paris face au « bien-être animal » des poneys