Abdennour, Kondogbia, Carrasco... Que deviennent-ils ?

Alors que Monaco éblouit l'Europe, il convient de se demander ce que sont devenus les anciens monégasques aujourd'hui…

L'AS Monaco réalise une saison 2016-2017 de très haute volée. Au point où l'on parle déjà de départs en masse pour les joueurs monégasques cet été. Mais si l'ASM actuelle restera comme l'une des plus belles équipes de l'histoire des rouges et blanc, il ne faut pas oublier que le club asémiste a vu passer de très belles formations par le passé et a déjà vécu ce scénario.

Ajax, Monaco, Juve et les équipes-type composées de joueurs issus des centres de formation

L'AS Monaco des Kondogbia, Ferreira-Carrasco ou Abdennour s'est éparpillée à travers l'Europe et les différents joueurs qui la composaient, partis à prix fort ont connu des fortunes diverses. À l'heure où l'on annonce les stars monégasques actuelles dans les plus grandes écuries du continent, il est temps de revenir sur le parcours des anciens prodiges asémistes. Et notamment sur cette ASM de 2014-2015, parvenue jusqu'en quarts de finale de la Ligue des champions.

Kondogbia, espoir déchu ?

Issu de la génération des Pogba et Varane, Kondogbia s'était vite imposé dans l'entrejeu monégasque, brillant aussi bien au niveau national que sur la scène européenne. Très bon sur le Rocher, il est alors très convoité et choisit de s'engager avec l'Inter où il évolue encore aujourd'hui. Son transfert de 40 millions d'euros braquera sur lui le feu des projecteurs. Kondogbia est alors le 3e joueur le plus cher acheté par l'Inter derrière Vieri et Crespo mais devant des vedettes comme Ronaldo. Mais Kondogbia déçoit en Lombardie, au point d'être nommé Bidon d'or 2016 pour ses performances insuffisantes. "Humilié" par Frank de Boer en septembre dernier, lui qui l'avait fait sortir à la 28e minute d'une rencontre, il a repris du poil de la bête depuis l'arrivée de Stefano Pioli chez les Nerazzurri.

Un destin à la Martial pour Mbappé ?

Le Monaco de 2015 avait vu l'éclosion d'Anthony Martial. Le jeune attaquant français avait tapé dans l'œil des recruteurs de Manchester United qui n'hésitaient pas à investir 50 millions d'euros sur lui plus 30 millions liés à des bonus éventuels. Martial joueur du mois de septembre 2016 en Premier League, s'est très vite adapté à son nouveau club avec notamment son tout premier but chez les Red Devils contre Liverpool sur un action individuelle, vingt minutes après être entré en jeu. Mais malgré des buts importants notamment en FA Cup, Martial ne convainc pas chez les Red Devils et ne joue pas autant qu'il le souhaiterait, tout en affichant des stats rachitiques. Malgré la blessure d'Ibrahimovic, qui pourrait lui offrir de nouvelles perspectives, Martial ne gardera pas à coup sûr un souvenir impérissable de cette saison.

Aymen Abdennour, le roc du Rocher

Actuellement sous contrat jusqu’en juin 2020 avec Valence, l'international tunisien pourrait bien redécouvrir la Ligue 1, puisque selon certains bruits, il serait suivi par l'Olympique de Marseille. Mais les recruteurs de l'OM sont certainement conscients qu'il ne s'agit pas exactement du même joueur qui avait quitté Monaco dans les dernières heures du mercato en août 2015 pour rallier Valence pour le montant pharaonique de 32 M€ (avec bonus). Chez les Che, Abdennour a signé des prestations irrégulières, en tout cas bien loin de ses productions hexagonales, à l'époque où il était considéré comme le meilleur défenseur central de Ligue 1 derrière Thiago Silva. Pas sûr qu'il puisse s'élever de nouveau à ce niveau.

YFC, la success story

Non, il n'ya pas de malédiction là-dessous. Tous les joueurs partis de l'ASM 2014-52015 ne sont pas en situation de semi-échec dans leurs clubs actuels. Ce n'est pas le cas de Yannick Ferreira-Carrasco. Le dribbleur fou belge s'est très bien adapté à l'Atlético Madrid sous les ordres du très exigeant Diego Simeone et fait le bonheur des supporters et le malheur des latéraux adverses. Actuellement blessé à l'épaule (entorse acromio-claviculaire), l'ailier virevoltant continue de vivre une belle success-story du côté de la capitale espagnole.

Layvin Kurzawa. Position ? Latéral de sécurité.

L'international français parti à Paris en 2015 contre près de 25 millions d'euros et formé à l'AS Monaco affiche parfois quelques lacunes défensives du côté de la capitale. Son manque de rigueur derrière pourrait, selon certaines rumeurs, conduire Paris à arpenter de nouveau les sentiers tortueux du mercato cet été à la recherche d'un défenseur latéral alors que Maxwell devrait quitter le PSG. Titulaire indiscutable au poste d'arrière gauche à Monaco en 2014-2015, Kurzawa a relégué le Brésilien sur le banc à son arrivée à Paris, mais n'a jamais vraiment su franchir un cap.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages