Abrogation de la loi retraites: le député Renaissance Sylvain Maillard dénonce "une arnaque"

Stéphane de Sakutin / AFP

La proposition de loi visant à abroger la réforme des retraites "est une arnaque", a dénoncé ce samedi le député Renaissance Sylvain Maillard, pour qui l'article 40 de la Constitution sur l'irrecevabilité financière doit être appliqué.

Le texte porté par le groupe parlementaire indépendant Liot, qui doit être examiné le 8 juin par l'Assemblée nationale, "est une arnaque, un très très bon coup de com politique, mais un coup de com politique", a déclaré le député de Paris sur Franceinfo.

"Nous, nous souhaitons vraiment que le président de la commission des finances Eric Coquerel joue son rôle d'arbitre, et non pas de partisan de La France insoumise, et fasse appliquer l'article 40", a-t-il poursuivi.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Populistes"

L'article 40 de la Constitution dispose que les propositions et amendements des parlementaires ne sont pas recevables s'ils entraînent une diminution des recettes ou un alourdissement des charges publiques.

"On voit très bien qu'on est dans une dérive absolue", a développé Sylvain Maillard. "On voit bien qu'on a des positions de plus en plus populistes. Les textes suivants, si on commence à accepter qu'on puisse créer n'importe quelle dépense, on va nous proposer 50 milliards sur n'importe quel sujet".

"Il y a un moment, il faut arrêter. On n'est pas un théâtre, on est une Assemblée nationale qui est régie par une Constitution", a-t-il ajouté.

Débat dans l'hémicycle

Sur France 2, la députée Renaissance du Loiret Caroline Janvier a fait entendre une voix un peu différente, souhaitant que la proposition de loi Liot puisse être débattue dans l'hémicycle.

"Si on applique le couperet de l'article 40 sur cette loi Liot, le risque c'est que le président de la commission des finances Éric Coquerel, qui est un député Insoumis, le fasse à l'avenir pour des lois qui émanent de notre groupe", a-t-elle mis en garde.

"La réalité de la Ve République depuis ses débuts c'est que par défaut les propositions de loi déposées par les députés sont jugées recevables a priori", a-t-elle rappelé.

"Je crois qu'il faut qu'on ait le débat dans l'hémicycle", a-t-elle également estimé. "C'est peut-être intéressant d'avoir le débat. Peut-être que nous n'irons pas jusqu'au vote, mais en tout cas d'avoir le débat". Caroline Janvier rejoint Sylvain Maillard pour voir dans ce texte "un coup politique du groupe Liot".

Article original publié sur BFMTV.com