Accord FIA/Ferrari : le Conseil Mondial s'en prend aux équipes

Fabien Gaillard
motorsport.com

Ce mercredi, suite à l'annonce par la FIA d'un accord aux termes confidentiels sur le moteur Ferrari 2019, sept écuries (Mercedes, Red Bull, McLaren, Renault, AlphaTauri, Racing Point et Williams) ont publié un communiqué dans lequel elles ont demandé de la transparence concernant l'enquête menée par l'instance et la transaction qui en a résulté. "Un régulateur sportif international a la responsabilité d'agir avec la plus grande exigence de gouvernance, d'intégrité et de transparence", pouvait-on lire dans ce communiqué.

La FIA avait répondu à ces mots ce jeudi en mettant en avant son Règlement Disciplinaire et Juridictionnel, qui prévoit la possibilité, après une enquête menée à son initiative, d'une transaction confidentielle. La fédération a tout de même précisé ne pas avoir "été pleinement satisfaite" tout en estimant qu'il était impossible, matériellement, de prouver l'infraction.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La F1 défend sa volonté de maintenir les GP malgré le coronavirus

Réuni aujourd'hui à Genève, le Conseil Mondial du Sport Automobile a soutenu la démarche de la FIA dans l'affaire et notamment son président, Jean Todt, en s'en prenant aux sept structures qui ont protesté. "Le Conseil a exprimé son soutien unanime au président de la FIA et au Département technique de la FIA en ce qui concerne la gestion globale de l'affaire, et s'est fermement opposé à tout commentaire qui porterait atteinte à la réputation et à l'image de la FIA et du Championnat du monde de Formule 1."

Alors que les écuries ont semble-t-il, en plus de leur communiqué, posé une longue série de questions à la FIA sur l'enquête et l'accord avec Ferrari, cette nouvelle réponse risque d'alimenter les tensions alors que tout le monde se prépare pour le premier Grand Prix de la saison, à Melbourne.

À lire aussi