Accusé d'agression, Kyrgios invoque sa santé mentale pour obtenir un non-lieu

Nick Kyrgios a réussi ses débuts dans le tournoi de Tokyo, ce mardi. (K. Watanabe/Getty Images/AFP)

Accusé d'agression par son ex-compagne, Nick Kyrgios a évoqué, par la voix de son avocat, sa santé mentale pour obtenir un non-lieu dans cette affaire.

Nick Kyrgios espère obtenir un non-lieu dans l'affaire qui l'oppose à son ex-compagne en Australie. Accusé d'agression, le 20e joueur mondial dispute actuellement le tournoi de Tokyo. Il était donc représenté par son avocat lors de l'audience qui s'est tenue devant le tribunal de Canberra, mardi. Me Michael Kukulies-Smith a demandé un report pour permettre une évaluation de la santé mentale de son client, selon plusieurs médias locaux dont ABC et le Sydney Morning Herald.

lire aussi


Toute l'actualité du tennis

Le conseil de Kyrgios a expliqué que les problèmes psychologiques du finaliste de Wimbledon étaient connus et qu'il tenterait d'obtenir un non-lieu à une date ultérieure. La prochaine audience doit se tenir le 3 février 2023.

Il s'occupe de cette affaire « depuis des mois »


En début d'année, l'Australien de 27 ans avait confié avoir souffert de dépression et avoir eu des « pensées suicidaires ». Cette affaire d'agression remonte, elle, à décembre 2021, mais le détail de l'accusation reste inconnu.

À Tokyo, où il a remporté son premier match face au Taïwanais Tseng Chun-Hsin ce mardi (6-3, 6-1), Kyrgios a refusé d'évoquer ce dossier. « Je suis au Japon pour jouer au tennis, je ne suis pas en Australie pour l'instant donc il arrivera ce qui devra arriver », a-t-il lancé aux médias.

Avant son entrée en lice dans son premier tournoi depuis sa défaite en quart à l'US Open, il avait avoué qu'il s'occupait de cette affaire « depuis des mois », mais qu'il la prenait « au jour le jour ». « Il n'y a que peu de choses que je peux contrôler et je prends toutes les mesures nécessaires pour y faire face en dehors du court », avait-il glissé aux journalistes.