Accusation de viol en réunion : Steve Marlet obtient un non-lieu

Steve Marlet en 2016. (S. Mantey/L'Équipe)

L'ancien joueur Steve Marlet, mis en examen en 2018 pour des faits qui dataient de 1997, ne sera finalement pas renvoyé en justice.

Steve Marlet ne devrait jamais comparaître devant une cour d'assises. Selon nos informations, le juge d'instruction a rendu, jeudi dernier, une ordonnance de non-lieu à propos de l'affaire de viol en réunion dans laquelle l'ancien joueur avait été mis en examen en 2018. Dans son réquisitoire définitif transmis fin juin 2022, le parquet d'Auxerre, chargé de l'enquête, avait demandé ce non-lieu. Une décision qui « paraît parfaitement juste » aux yeux d'Hervé Temime, l'avocat de Marlet, ce dernier n'ayant pas souhaité réagir.

Comme rapporté par L'Yonne Républicaine, les faits reprochés remontaient à l'année 1997, quand l'ex-attaquant international français (23 sélections, 6 buts), aujourd'hui conseiller du président du Red Star, évoluait à l'AJA (1996-2000), et concernaient trois autres individus, accusés par une jeune femme de 17 ans à l'époque.

En 1997, déjà, les personnes mises en cause avaient été entendues en garde à vue, avant d'être libérées et de bénéficier d'un classement sans suite. Les investigations avaient été relancées quinze ans plus tard, en 2012, après dépôt de plainte de la victime présumée. Dans ce nouveau cadre, Marlet, qui a toujours contesté les faits, avait donc été placé en garde à vue à Auxerre début 2018, puis mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Avant, donc, cinq ans plus tard, de finalement bénéficier d'un non-lieu.