Méfiez-vous, acheter une voiture d’occasion peut virer au calvaire

Yahoo Finance France
Méfiez-vous, acheter une voiture d’occasion peut virer au calvaire
Méfiez-vous, acheter une voiture d’occasion peut virer au calvaire

Véhicules défectueux, surfacturations, dérives frauduleuses…. Acquérir une voiture d’occasion peut vite tourner au cauchemar. La Répression des fraudes a constaté des anomalies dans les deux-tiers des établissements contrôlés en 2018. 

Soyez vigilants. En France, chaque année, il se vend presque trois fois plus de voitures d’occasion que de modèles neufs. Dans ce contexte où le véhicule de deuxième main a largement pris le pas sur le marché du neuf, de nombreux “faux professionnels” n’hésitent pas à duper les automobilistes en quête d’un véhicule à moindre coût. C’est ce qui ressort de la dernière enquête menée par la Répression des fraudes (DGCCRF). Selon elle, des anomalies ont été relevées dans 63 % des établissements contrôlés en 2018.

À LIRE AUSSI >> Toyota désignée comme marque la plus fiable, les voitures françaises en chute libre

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La fraude la plus répandue ? La minoration du kilométrage des véhicules. “Souvent, le kilométrage n’est pas indiqué sur le certificat de cession alors que cette mention est obligatoire. La minoration du kilométrage avec présentation de faux documents ou de documents falsifiés pour le justifier (ex. fausses factures) a également été observée”, observe la DGCCRF. La vente de véhicules avec des caractéristiques différentes ou des défauts mécaniques cachés sont aussi monnaie courante. “Des procédures sont alors engagées à l’encontre du vendeur, et le cas échéant du centre de contrôle technique ayant délivré un rapport de complaisance”, explique sans concession la Répression des fraudes.

Les reventes sur Internet, un nid à escrocs

Le contrôle technique, justement. Renforcé depuis le 1er juillet 2019, il est devenu de plus en plus contraignant pour les automobilistes. Certains professionnels décident de ne pas le pratiquer alors que c’est une obligation pour vendre un véhicule d’occasion. “Plus de 140 véhicules de plus de 4 ans d’âge ont été revendus sur une période d’un an sans avoir été vérifiés par un contrôle technique”, informe l’organe la DGCCRF. Et de détailler : “Les véhicules présentaient des anomalies telles que des défauts d’étanchéité du moteur, une usure prononcée ou une détérioration des disques de freins, des déformations importantes d’éléments de structure, une corrosion perforante, etc”. 

À LIRE AUSSI >> Malgré des ventes en chute libre, quelles sont les voitures les plus vendues en avril 2020 ?

Autre nid à escrocs : les reventes sur Internet. Les ventes de voitures qui se passent mal alimentent régulièrement la page des faits divers des journaux. L’activité de revente de véhicules d’occasion à petits prix sur internet, exercée par des particuliers et des auto-entrepreneurs, est en pleine expansion depuis plusieurs années déjà. La Répression des fraudes observe dans son enquête que les véhicules mis en vente à des prix souvent alléchants ont “bien souvent” été accidentés et/ou ont fait l’objet “d’une minoration” du kilométrage et des réparations. 

Un site pour aider les acheteurs 

Pour tenter de contre-carrer le plan des escrocs, le ministre de l’Intérieur a mis en ligne un site gratuit. Il permet à tout acquéreur potentiel d’accéder à l’historique des véhicules enregistrés dans le système d’immatriculation des véhicules. “Ces données sont partagées par le vendeur (date de première mise en circulation, changements de propriétaires, sinistres à réparation contrôlée, situation administrative du véhicule telle que gage, opposition, vol…) et les caractéristiques techniques du véhicule (marque, cylindrée, puissance CV, vitesse du moteur, niveau sonore…)”. En revanche, seules les données connues du ministère de l’Intérieur sont fournies. Un moyen d’action qui peut aider le futur acheteur mais loin d’être infaillible.  

NOS ARTICLES SUR LE CORONAVIRUS

>> Comment s'explique la hausse de popularité d'Édouard Philippe ?
>>
 Coeur, intestin, rein, cerveau... Les (très) nombreux organes touchés par le coronavirus
>> 
“J’ai hâte de voir en vrai les gens avec qui je bosse" : ils racontent leur nouveau travail pendant le confinement
>> 
Pourquoi la création d'un vaccin prend autant de temps ?
>> 
La carte interactive pour suivre l'évolution du Covid-19 dans le monde

À lire aussi