Adam Ondra, de retour en Coupe du monde après les JO : « J'ai encore ce feu pour la compétition »

Adam Ondra a assuré les qualifications à Chamonix pour son retour à la compétition. (IFSC)

Près d'un an après son échec aux JO de Tokyo, Adam Ondra signe son retour à la compétition en Coupe du monde à Chamonix, ce samedi. Le Tchèque, star de la grimpe, revient sur ces mois passés en falaises, sa pause du circuit et assure que « le feu » est revenu en vue de Paris 2024.

« Vous réalisez à Chamonix votre retour en compétition internationale depuis les JO (1er ex aequo des qualifications). Comment vous sentez ?
C'est toujours cool d'être de retour ici, avec cette atmosphère, la vue (il montre le massif du Mont Blanc), même dès les qualifications. J'ai hâte d'être à demain (dimanche, demi-finales à partir de 10 heures, finales à 20h30). Cette saison, je ne veux pas trop faire de compétition et je choisis juste mes compétitions favorites et Chamonix est évidemment dans la liste. J'ai pris un break après la naissance de mon fils (début mai) et j'ai repris l'entraînement tout juste donc Chamonix était la date parfaite.

Devenir papa a changé votre quotidien de grimpeur ?
Cela n'a pas changé mon entraînement. On verra à quel point ça va changer mon lifestyle en tant que grimpeur en falaises. Cette année, j'ai passé beaucoup de temps en falaises. Et ces six dernières semaines, je me suis entraîné spécialement pour cette Coupe du monde, en difficulté. Je vais faire Briançon (la Coupe du monde, 22-23 juillet en difficulté) et les Championnats d'Europe (11-18 août, à Munich), qui sera le grand moment de la saison. Après ça, juste de l'escalade en falaise.

lire aussi

5 choses à savoir avant la Coupe du monde d'escalade à Chamonix

Vous sentez-vous aussi compétitif que l'an dernier ?
Tant que je ne fais pas trop de compétition, il y a toujours cette rage, le feu, l'impatience. Cela fait presque un an que je n'ai pas fait de compétition internationale donc je suis très excité.

« près beaucoup trop de temps passé à m'entraîner à l'intérieur, je me sentais épuisé. Mentalement et physiquement. Après les JO, ça a été très dur »

Aviez-vous besoin de couper après la déception des JO (6e alors qu'il était l'un des favoris pour le podium) ?
Absolument. Après beaucoup trop de temps passé à m'entraîner à l'intérieur, je me sentais épuisé. Mentalement et physiquement. Après les JO, ça a été très dur. Maintenant, ça va, grâce à ce break. Après ce temps passé en falaise, j'ai encore ce feu pour la compétition. Que je n'avais pas juste après les JO, c'est sûr.

Vous préparez-vous pour Paris 2024 ?
Bien sûr (sourire). »

lire aussi

L'actualité de l'escalade

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles