Adam Silver, commissionnaire de la NBA : « Paris fait partie de l'ADN de cette Ligue »

Adam Silver ce jeudi lors de la conférence de presse précédant le match Detroit-Chicago à Paris. (A. Mounic/L'Équipe)

Avant le match entre Chicago et Detroit, le patron de la NBA Adam Silver s'est félicité du retour de la NBA en Europe et de l'atmosphère électrique qui a entouré l'événement toute la semaine.

« Que vous inspirent ces quatre jours à Paris et votre retour en Europe, trois ans après ?
C'est super d'être de retour. Nous nous souvenons tous de ce qu'il s'est passé entretemps. Quand on était là, les gens commençaient à porter des masques... Nous espérons avoir mis la pandémie derrière nous pour de bon. Il n'y a plus beaucoup de masques et Paris est aussi vibrant qu'avant.

J'ai de grands souvenirs, personnellement, de l'année 1997, quand l'Open McDonalds avait vu les Chicago Bulls jouer deux matches ici. C'est là que The Last Dance, le documentaire, avait commencé à être tourné. Bien sûr, cela s'est fini par un titre pour Michael Jordan et ses coéquipiers.

En ce sens, Paris fait partie de l'ADN de cette équipe et de la Ligue. Depuis, notre Championnat s'est largement internationalisé avec 120 joueurs sur environ 450, nés en dehors des USA. Les quatre dernières distinctions de MVP sont revenues à des Européens. Tout cela pour dire que ce match, même si je ne veux pas le comparer à un All-Star Game, est ce qui se rapproche le plus de ce que pourrait être un All-Star Game européen.

Maintenant que vous êtes de retour en Europe, et qu'il y a eu des matches au Japon, à Abu Dhabi, Mexico, envisageriez-vous des semaines complètes avec plusieurs matches ?
Beaucoup de nos plans ont été mis en stand-by à cause de la pandémie. Mais aujourd'hui, on peut à nouveau s'asseoir pour y réfléchir. Nous cherchons toujours de nouvelles opportunités. Il n'y a rien de spécifique aujourd'hui, mais rien ne remplace le fait d'être sur place, avec les fans, le public.

Que vous inspire le record de points que va probablement battre LeBron James cette saison ?
J'espère que les jeunes le regardent et suivront son exemple. Son endurance, physiquement et mentalement, le niveau auquel il continue d'évoluer tous les soirs, après tant d'années, comment il prend soin de son corps. C'est remarquable, spectaculaire.

Nous ferons en sorte que le match soit disponible partout dans le monde. Nous arrêterons probablement le match pour marquer le moment, l'histoire. Mais n'oublions pas qu'il y aura un match en cours, une équipe qui voudra l'emporter face à lui. Nous planifierons ensuite une célébration plus grande, à la hauteur de l'événement. Cela pourrait être au All-Star Game.

voir aussiPodcast : l'odyssée de LeBron James

Que pensez-vous de l'inflation des points et des performances offensives en NBA. Des changements de règles pour rééquilibrer le jeu sont-ils envisageables ?
Nous surveillons cela avec attention. Mais pour moi, le niveau de talent actuel est énorme et explique en grande partie ce que l'on voit aujourd'hui. L'augmentation du nombre de tirs à 3 points amène plus de scoring. Les joueurs intérieurs shootent aussi... Ce n'est pas que les défenses ne soient pas concernées.

À une époque, on disait qu'on dunkait trop, qu'on ne shootait pas assez... Aujourd'hui, on shooterait trop (il sourit). Après, nous sommes une ligue ouverte. Et nous sommes toujours prêts à étudier ces questions et nous ajuster en conséquence. Quand nous venons en Europe, nous travaillons aussi avec la FIBA pour uniformiser, autant que faire se peut, les règles du jeu, même si elles sont essentiellement les mêmes. »