Affaire Laporte-Altrad : la Ligue nationale de rugby fait appel à son tour

Serge Simon et Bernard Laporte au tribunal judiciaire en septembre dernier. (E. Garnier/L'Équipe)

Le Bureau de la Ligue nationale de rugby a décidé de se constituer encore une fois partie civile pour le procès en appel du président de la FFR Bernard Laporte et de son vice-président Serge Simon, ainsi que du patron du Montpellier Hérault Rugby Mohed Altrad.

Le Bureau directeur a décidé que la Ligue nationale de rugby se constituera à nouveau partie civile après avoir pris connaissance des appels interjetés par Bernard Laporte, Mohed Altrad et le Parquet National Financier suite aux condamnations prononcées à leur encontre à l'issue du procès. L'institution qui gère le rugby professionnel était déjà représentée tout au long des audiences qui s'étaient tenues devant la 32e chambre du Tribunal correctionnel de Paris, entre le 7 et le 22 septembre dernier. La LNR était d'ailleurs apparue de manière récurrente et importante au coeur de débats animés.

lire aussi : Podcasts : Affaire Laporte-Altrad, l'enquête

Laporte relaxé du chef d'accusation d'abus de confiance en première instanceEn première instance, Bernard Laporte, président de la FFR, avait été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis, deux ans d'interdiction d'exercer toute fonction en lien avec le rugby et 75.000 d'amende. Il avait été relaxé du chef d'accusation d'abus de confiance. Mohed Altrad, propriétaire et président du MHR, avait été condamné, lui, à 18 mois de prison avec sursis, 50.000 euros d'amende et une peine complémentaire d'inéligibilité.

Les deux hommes avaient enfin été condamnés à payer 1 € à la LNR au titre du préjudice subi et 10.000€, solidairement, sur le fondement des dispositions de l'article 475-1 du code de procédure pénale. Le Parquet a également fait appel de la relaxe de Serge Simon. Le vice-président de la FFR avait été renvoyé devant le tribunal pour prise d'illégal d'intérêts.

lire aussi : « Légaliste », « innocent » : le fact-checking des arguments de Bernard Laporte