Agressions sexuelles dans le patinage : un entraîneur dénonçait depuis 20 ans le fonctionnement de la fédération des sports de glace

Jérôme Val
Franceinfo

Didier Lucine est entraîneur de patinage à Annecy, en Haute-Savoie. Il a été l'un des premiers à alerter sur les agissements de Gilles Beyer, l'entraîneur mis en cause entre autres par Sarah Abitbol dans son livre, il y a 20 ans. "Suite à ça, les services du ministère des Sports ont fait une enquête administrative. J'ai donc été convoqué à la fédération, pour expliquer un peu pourquoi Beyer ne devait plus travailler pendant un certain temps avec la fédération. Mais en fait il a travaillé tout le temps", regrette Didier Lucine.

L'entraîneur a eu le sentiment d'être seul contre tout un système, construit autour de l'omnipotent président de la fédération française des sports de glace Didier Gailhaguet, en poste depuis plus de 20 ans. Après un entretien avec ce dernier lundi 3 février, la ministre des Sports Roxana Maracineanu lui a demandé de démissionner.

"On ne peut pas couvrir des agissements pareils, c’est impossible"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Didier Lucine a surtout payé au prix fort sa parole, assure-t-il : "J'en prends plein la gueule depuis 20 ans. Quand un mec comme Didier Gailhaguet dit à toute la France qu'il ne faut surtout plus venir patiner à Annecy, qu'on est fini, qu'on est nul, on perd évidemment des bons (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

À lire aussi