Aix surprend Nantes en Liqui Moly Starligue et reste dans la course à la Ligue des champions

William Accambray (ici contre Luka Karabatic et le Paris-SG) et Aix ont frappé fort à Nantes. (A. Mounic/L'Équipe)

Grâce à son coup d'éclat à Nantes samedi (26-25), Aix revient à un point de son adversaire du soir dans la course à la 2e place de la Liqui Moly Starligue, qualificative pour la Ligue des champions.

Aix peut encore rêver de Ligue des champions. Samedi, le PAUC a signé une énorme performance en s'imposant à Nantes, dans la plus brûlante enceinte de l'Hexagone (26-25). La formation provençale et son entraîneur Thierry Anti, ancien technicien nantais emblématique (2009-2019), se rapprochent à un petit point du « H » et de la 2e place, qualificative pour la prochaine C1.

lire aussi

Liqui Moly Starligue: le classement

Pour les Nantais, c'est une deuxième douche froide sur leur parquet en quatre jours après le revers concédé contre Magdebourg (25-28) en quarts de finale aller de la Ligue européenne (C2). Blessés, Alexandre Cavalcanti et Kiril Lazarov ont encore beaucoup manqué. Avant cette semaine douloureuse, Valero Rivera (6 buts mais seulement 2/5 dans le jeu) et ses partenaires restaient sur sept succès de rang, toutes compétitions confondues.

Nantes avait notamment éliminé Aix (32-27) en quarts de finale de la Coupe de France jeudi dernier, toujours à la H Arena. Mais les Provençaux lui avaient donné beaucoup de fil à retordre, ne lâchant prise qu'en fin de match.

Les Aixois ont remis ça samedi, très solides en défense autour de leur pilier Karl Konan. Comme face à Magdebourg, Nantes a égaré beaucoup de ballons en route et le PAUC a pris le large en fin de première période sur une flambée de William Accambray (9-13, 29e).

Le « H » a cru lui aussi rejouer le scénario de la Coupe de France : des arrêts d'Emil Nielsen, des contre-attaques et le score qui s'inverse (18-16, 43e). « J'ai eu un peu peur car on s'est encore précipités, comme l'autre fois, mais il restait beaucoup plus de temps, avouait Thierry Anti au micro de beIN Sports. On est revenus et je pense que les Nantais n'étaient pas très bien psychologiquement. La victoire est méritée, dans une ambiance exceptionnelle. »

Les arrêts de Wesley Pardin, la lucarne de William Accambray

Elle doit beaucoup à Wesley Pardin, qui a signé trois de ses 14 arrêts dans les trois dernières minutes pour renverser le score de 23-22 (56e) à 23-25 (59e). William Accambray aussi s'est signalé (4/4 au tir) par un shoot phénoménal en lucarne, en déséquilibre, pour l'égalisation à 23-23.

À six journées du terme, la bagarre s'annonce haletante. « Ca va être le duel jusqu'au bout, déplorait le demi-centre nantais Aymeric Minne sur beIN Sports. A nous de commettre moins d'erreurs. On a eu trop de balles perdues et de tirs ratés à six mètres, on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes. »

Un troisième larron que plus personne n'attendait pourrait se mêler à la lutte pour la 2e place : après sept victoires de rang en Starligue, Montpellier (4e) est revenu à quatre longueurs de Nantes et affrontera ses deux rivaux lors des quatre dernières journées.

La défaite nantaise rapproche également un peu plus le leader parisien du titre. En cas de nouvelle victoire dimanche (17 heures) à Dunkerque, l'équipe de la capitale prendrait onze points d'avance et pourrait assurer le sacre dès la prochaine journée.

lire aussi

Les résultats de la 24e journée de Liqui Moly Starligue

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles