Al-Attiyah agacé par les crevaisons en série

Basile Davoine

Troisième du classement général après les deux premières étapes, . La situation est donc encore sous contrôle pour le tenant du titre, mais celui-ci reste toutefois déconcerté par ses mésaventures survenues dimanche et lundi. Sans elles, il serait probablement aux commandes de ce Dakar 2020… Oui mais voilà, des crevaisons en série sont venues perturber sa marche en avant, au nombre de trois par jour !

#305 JCW X-Raid Team: Carlos Sainz, Lucas Cruz, #300 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah

#305 JCW X-Raid Team: Carlos Sainz, Lucas Cruz, #300 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah <span class="copyright">A.S.O.</span>
#305 JCW X-Raid Team: Carlos Sainz, Lucas Cruz, #300 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah A.S.O.
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

A.S.O.

Vainqueur du jour, Giniel de Villiers a pu refaire une partie de son retard accumulé la veille en s'imposant avec près de quatre minutes d'avance sur Orlando Terranova. Néanmoins, il pointe encore à 12 minutes de l'Argentin au classement général ce lundi soir.

"Je sais que ce genre de choses arrivent sur le Dakar, on peut connaître une très mauvaise journée et une très bonne le lendemain", rappelle-t-il. "Il s'agit juste de limiter le nombre de mauvaises journées et de limiter le temps perdu, mais c'est sûr, aujourd'hui était une très belle journée. Nous nous sommes juste arrêtés avec Bernhard [ten Brinke] car il n'avait plus de pneus, et ça nous a coûté une minute ou deux. Sinon c'était une très bonne journée."

Lire aussi :

Alonso : Un choc "dans une poussière incroyable"

La manière dont est parti ce premier Dakar en Arabie saoudite laisse présager de nombreux rebondissements avant qu'une hiérarchie suffisamment claire ne soit installée. C'est ce qu'estime Carlos Sainz, qui a pu jouer placé avec son buggy Mini dimanche et lundi et occupe actuellement la deuxième place à 4'43 du leader, malgré une erreur de navigation.

"Ça se passait très, très bien, sachant que nous avons ouvert la route pendant une grande partie de l'étape, et à 10 km de l'arrivée, nous sommes passés dans un canyon compliqué", raconte l'Espagnol. "Ça nous a pris 10 ou 12 minutes pour aller et venir plusieurs fois, car nous ne trouvions pas le bon chemin. Nous avons perdu beaucoup de temps, mais le point positif c'est que nous sommes toujours dans la bagarre, nous sommes deuxièmes et c'est une journée de plus de passée."

"Nous n'avons fait que deux journées et beaucoup de choses se sont passées", constate l'Espagnol. "On dirait que ce sera comme ça au fil des jours. Tant que nous restons proches de la tête, c'est bon signe. Il n'y a pas de problème avec la voiture, le rythme est bon. Sans ces 11 ou 12 minutes, nous aurions pu terminer deuxièmes ou troisièmes de l'étape et devenir leaders avec un bon avantage."

Propos recueillis par Sergio Lillo  

À lire aussi