Al-Attiyah et Peterhansel ne croient plus à la victoire finale

Basile Davoine

Bien qu'il reste à affronter sur cette édition 2020 une dernière étape – qui sera amputée de 200 km de spéciale –, les concurrents directs de sont repassés à l'attaque aujourd'hui et ont repris huit minutes au leader du classement général, mais leur retard qui se chiffre encore à dix minutes ne leur laisse aucun espoir réaliste. Les organisateurs du Dakar ont beau assurer que les 166 km chronométrés situés entre Harad et Qiddiya peuvent encore créer des écarts sur une erreur de navigation, les principaux intéressés n'y croient pas.

#302 JCW X-Raid Team: Stephane Peterhansel, Paulo Fiuza

#302 JCW X-Raid Team: Stephane Peterhansel, Paulo Fiuza <span class="copyright">A.S.O.</span>
#302 JCW X-Raid Team: Stephane Peterhansel, Paulo Fiuza A.S.O.
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

A.S.O.

Toujours deuxième du général ce soir, Nasser Al-Attiyah n'a en effet plus que six petites secondes d'avance sur Stéphane Peterhansel et l'enjeu le plus incertain vendredi sera probablement l'ordre dans lequel termineront les deux hommes sur le podium. Un podium qui, quoi qu'il arrive, rendra heureux le Français compte tenu du contexte dans lequel il a pris le départ de cette édition, retrouvant à ses côtés un copilote, Paulo Fiuza, avec qui il manquait d'automatismes et de repères.

"Quatre victoires d'étape sur cette édition, c'est un bon résultat, mais pas assez pour le général", fait remarquer le recordman des victoires sur l'épreuve. "Mais pour moi c'est très bien. Je suis très heureux car avant de partir, je n'étais pas sûr de pouvoir être sur le podium suite au changement de copilote à la dernière minute."

"Carlos est très rapide. Lucas [Cruz, copilote de Sainz] a fait quelques petites erreurs de navigation, moins que nous je crois, et c'est pour ça qu'ils sont devant. Nous avons fait un excellent travail dans l'équipe, beaucoup de tests, nous avons partagé énormément d'informations et nous avons très bien travaillé ensemble. C'est la raison pour laquelle je suis heureux, même si je ne peux pas gagner. Nous sommes très proches depuis les années Peugeot et c'est très chouette d'être coéquipiers."

Propos recueillis par Sergio Lillo  

À lire aussi