Al-Khelaïfi, Rummenigge, Perez, Agnelli... Qui sont les gagnants et les perdants du fiasco de la Super Ligue européenne ?

Coralie Salle
·1 min de lecture

Trois jours après l'annonce de la mise en place de la Super Ligue européenne, le projet a déjà pris fin, ce mercredi 21 avril. Une bonne nouvelle pour les supporters et certains entraîneurs des clubs concernés, qui avaient attaqué frontalement cette nouvelle compétition. Voici les gagnants et les perdants de cette crise qui restera dans les annales.

• Les "super gagnants" de le crise

Il a tenu bon, et derrière lui, ses troupes n’ont jamais rompu. Le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin, l’avait déjà annoncé il y a près de trois ans : "Il n'y aura pas de Super Ligue. C'est une sorte de fiction, ou un rêve", avait-il ainsi lancé à la BBC. Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 avril, le patron de l’instance européenne a sans doute fait quelques cauchemars, et maudit ceux qui, comme Andrea Agnelli, l’avaient trahi. Pour autant, Ceferin, appuyé notamment par les ligues de football professionnel des différents championnats, mais aussi par les Fédérations et surtout la Fifa, ne s’est jamais mis à genoux devant les membres fondateurs de la Super Ligue. Au contraire, restant ferme sur sa position, Aleksander Ceferin a finalement renforcé le pouvoir de l’UEFA et...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi