Albrecht Sonntag : " Il n'y a pas vraiment eu de boycott en Allemagne, plutôt une certaine indifférence "

Les faibles audiences enregistrées en Allemagne pendant les rencontres de l’équipe nationale au Qatar semblaient accréditer la thèse d’un boycott franc et massif de l’événement. Une hypothèse sérieusement remise en question par Albrecht Sonntag, sociologue allemand et professeur en études européennes à l’ESSCA.

Aucun des trois matchs disputés par l’Allemagne au Qatar n’a dépassé les 17,5 millions de téléspectateurs au pays, ce qui est très nettement en deçà des audiences recensées lors des précédentes compétitions internationales. Comment interpréter cette baisse significative ?


Le match contre le Japon (qui n'a rassemblé que 9,2 millions de téléspectateurs, NDLR) sort de l’ordinaire, car il s’est déroulé un mercredi à 14 heures. Ce jour-là, l’ARD et la ZDF, qui diffusaient la rencontre en clair, ont remarqué que leur site de streaming avait été sursollicité, sans doute par des gens souhaitant suivre tout ça en douce depuis leur lieu de travail. Or, cela n’est pas pris en compte dans le calcul des audiences. Et puis, mine de rien, 17 millions de téléspectateurs, c’est certes une nette baisse par rapport à ce qu’on a l’habitude de voir lors d’un grand tournoi, mais ça reste un chiffre important. Pour moi, cela prouve qu’il n’y a pas vraiment eu de boycott en Allemagne, plutôt une certaine indifférence.

« On a l'impression que ce football est devenu sale. »

Pourquoi ?


Dans un sondage réalisé par YouGov, j’ai constaté que 39% des personnes interrogées affirmaient que la première émotion ressentie après l’élimination avait été l’indifférence. C'est exactement le sentiment qui prédomine : le taux d’indifférence pour la Coupe du monde est plus élevé qu’auparavant.

Lire la suite sur SoFoot.com