• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Alcaraz s'offre Nadal et une demie face à Djokovic à Madrid

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans une rencontre décousue, Carlos Alcaraz a disposé de Rafael Nadal pour la première fois de sa jeune carrière (6-2, 1-6, 6-3). Il affrontera Novak Djokovic en demi-finales.

Cette fois, c'est la bonne pour Carlos Alcaraz. Passé tout proche de battre Rafael Nadal à Indian Wells cette année, le jeune Espagnol (19 ans depuis jeudi) est venu à bout de son idole ce vendredi, en quarts de finale à Madrid (6-2, 1-6, 6-3). Le voici dans le dernier carré, où il défiera Novak Djokovic samedi.

Pour leur deuxième affrontement de l'année, et un an après la large victoire du Majorquin sur le même court (6-1, 6-2), Carlos Alcaraz comptait bien montrer à toute l'Espagne qu'il était capable de tenir la dragée haute à son glorieux aîné. Sous les yeux de certaines personnalités du football venues assister à la rencontre, comme Raul, Toni Kroos ou encore David Villa, les deux joueurs se sont rendus coup pour coup dès les premières minutes de jeu.

lire aussi

Le film du match

Alcaraz plus entreprenant

Si aucun des deux joueurs n'est parvenu à tenir son engagement lors des trois jeux inauguraux, c'est bien Carlos Alcaraz qui s'est montré le plus entreprenant pour prendre en premier l'avantage, et mener 3-1. Servant bien souvent le côté revers de son adversaire pour le sortir au maximum du court, le protégé de Juan Carlos Ferrero a pu dicter le jeu à l'aide de son coup droit. Malgré un pourcentage de première balle laissant à désirer (à 56 % dans la première manche), Alcaraz s'est reposé sur ses fondamentaux pour ne jamais faiblir et empocher la première manche, 6-2. Entre amorties, montées à la volée successives et patience dans l'échange, en témoigne son accélération fatale de coup droit pour virer à 5-2, le plus jeune des deux joueurs a étouffé Nadal pendant trois quarts d'heure.

lire aussi

Le tableau du Masters 1000 de Madrid

Une chute et une frayeur

Logiquement vainqueur du premier acte grâce à ses 19 coups gagnants (contre seulement deux pour son adversaire), Alcaraz s'est rapproché d'un premier succès contre l'homme aux 21 titres du Grand Chelem, jusqu'à ce qu'il chute dans le troisième jeu du deuxième set. Strappé au pied droit, il a ensuite subi la furia d'un compatriote revigoré, devenu bien plus percutant en coup droit. Moins inspiré à la volée comme au retour de service, où il a commis quelques fautes en revers, il a logiquement vu le n°4 mondial égaliser à une manche partout (6-1).

Tout le monde s'est alors demandé si « Rafa » allait le refaire. Une fois de plus. Mais à l'instar de ce qu'on a pu observer de lui depuis plusieurs mois, Carlos Alcaraz ne s'est pas laissé abattre, tirant un passing monstrueux pour empêcher Nadal de s'octroyer deux balles de break dès le troisième jeu de l'ultime set. Un miracle aux allures de tournant, puisque seulement quelques minutes après avoir sauvé sa mise en jeu, Alcaraz a breaké blanc son adversaire.

Un avantage qui s'est avéré décisif pour le récent vainqueur du tournoi de Barcelone, victorieux après un ultime passing de coup droit et presque 2h30' de jeu (6-2, 1-6, 6-3). Si Rafael Nadal a paru éprouvé par son long combat de la veille contre David Goffin, Carlos Alcaraz n'a lui jamais paniqué au moment de convertir ses opportunités. Tout ça sur le court central du tournoi le plus important d'Espagne, face au meilleur joueur de tous les temps sur la surface. La marque des grands.

37

Carlos Alcaraz a réussi 37 coups gagnants contre seulement 10 pour Rafael Nadal.

lire aussi

L'actualité du tournoi de Madrid

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles