Alejandro Agag à la conquête des eaux avec l'E1 Series

Alejandro Agag avec Rafael Nadal, propriétaire d'une des 3 équipes connues à ce jour. (Reuters)

L'E1 Series, Championnat du monde de bateaux 100 % électrique va se lancer cette année. Après avoir pris le virage de l'électrique en créant la Formule E et l'Extreme E, Alejandro Agag s'attaque aux eaux du monde entier.

De l'asphalte des circuits urbains aux dunes de sable dans le désert, Alejandro Agag est à l'initiative d'une grande partie du virage électrique que prend le sport automobile. En créant la Formule E et l'Extreme E, l'Espagnol s'est attaqué aux bolides à quatre roues sur terre. Désormais, c'est l'heure de la mer.

lire aussi : De retour en compétition monoplace en Formule E, Maserati dévoile ses ambitions électriques

L'E1 Series va voir le jour cette année avec ses premières courses. Le projet de ce Championnat du monde de bateaux 100 % électriques a été présenté en septembre 2020 à Monaco. À sa tête donc, Alejandro Agag, homme d'affaires de 52 ans qui s'est d'abord tourné vers l'automobile après avoir mis un terme à sa carrière politique.

Il s'est notamment lié d'amitié avec Bernie Ecclestone (ancien patron de la Formule 1) et Flavio Briatore, ex-directeur de Renault F1 Team. C'est en évoluant dans cet environnement que le quinquagénaire a pris conscience d'une opportunité sur le marché et s'est lancé dans la création de championnats automobiles durables.

L'E1 Series pour préserver l'écosystème marin ?Pour son grand saut dans le monde aquatique, Alejandro Agag a bénéficié du soutien du Fonds public d'investissement d'Arabie saoudite (PIF) pour développer l'E1 Series sur le long terme. Le pays du Golfe est connu pour pratiquer le greenwashing en investissant massivement dans le sport mondial.

« Obtenir le soutien du PIF à ce stade précoce de développement souligne l'importance de notre mission d'électrification de la mobilité marine. Nous espérons accélérer le changement dans l'industrie maritime et fournir des solutions durables pour les futures embarcations de plaisance », avait déclaré en juin 2021 Agag, co-fondateur et président d'E1 lors de la révélation du design des bateaux RaceBird qui fuseront sur l'eau des courses E1 Series.

Dans son sillage pour mener à bien ce projet, Rodi Basso, ancien ingénieur de course de Rubens Barrichello chez Ferrari, est co-fondateur et PDG d'E1. Passé aussi par Red Bull Racing, l'Italien met aussi en avant les messages que veut faire passer l'E1 : « Le futur c'est l'électrique. Ce n'est pas un choix, c'est une responsabilité. La Formule E et l'Extreme E veulent promouvoir les voitures électriques. L'E1 Series veut promouvoir les bateaux électriques. Finalement c'est le même objectif : une mobilité plus propre. »

Désignés par la Norvégienne Sophi Horne, les RaceBird sont 100 % électriques et doivent participer à la première course du Championnat de monde E1 Series en 2023. Ces bateaux de 7,5m de long peuvent atteindre une vitesse de 50 noeuds (93 km/h) lorsqu'ils « volent » au-dessus de l'eau grâce à deux foils latéraux et un autre placé à l'arrière.

Pour propulser cet engin qui peut s'apparenter à un vaisseau de la saga Star Wars, un moteur électrique de 150 kW est embarqué, ce qui équivaut à 200 CV. À l'intérieur du cockpit, les pilotes se retrouveront derrière un volant très épuré et pourront notamment activer un boost de puissance de 20 secondes pour dépasser ou défendre, à l'image de celui en Formule E.

Des bijoux de technologie au coeur des villesPour l'heure, le calendrier des épreuves de cette saison n'est pas encore connu mais il y aura « 10 courses aux quatre coins du monde », selon Alejandro Agag qui rêve de voir évoluer « les RaceBird à Venise, Tokyo, Hong Kong, Sydney, Rio de Janeiro, New York, Geneve, Zurich ou encore Londres ».

Les courses auront lieu pour la plupart du temps les vendredi et samedi, au coeur des villes : « À l'inverse de la Formule E, nous n'aurons pas à couper des rues pendant un week-end. On tracera des "circuits", avec des virages, sur les plans d'eau, sans déranger personne », avait déclaré Agag lors de la présentation de l'E1 Series en juin 2021.

Le premier jour sera consacré à des essais libres, le lendemain à la course. Après des qualifications en face-à-face sous forme de contre-la-montre, les concurrents seront opposés sur des courses régies par un nombre de tours des quarts de finale jusqu'à la finale. Cette dernière course verra s'affronter les 4 meilleurs pilotes du jour, le premier à franchir la ligne d'arrivée remportera le trophée.

3 écuries déjà connuesLes équipages devraient être intégralement mixtes, comme renseigné sur le site officiel d'E1 Series. Mais, pour l'instant, seules 3 équipes sur les 12 au maximum ont été révélées. À l'instar de Lewis Hamilton qui possède son écurie en Extreme E (X44 Vida Carbon Racing), Sergio Perez est devenu propriétaire du Team Mexico en juillet dernier. Plus récemment, c'est Rafael Nadal qui a acquis son propre team le 10 janvier.

La Team Nadal est la troisième équipe connue après celle de Perez et la Venice Racing Team, créée par un groupe d'experts de l'industrie nautique. On ne connaît pour l'heure que les pilotes du team de Venise. L'Italien Gianluca Carli, considéré comme l'un des pilotes de bateaux les plus talentueux au monde et la Norvégienne Marit Stromoy, première femme de l'histoire à avoir remporté un Grand Prix de F1 H2O, la F1 des mers.