Alexia Putellas se joint à la rébellion des internationales espagnoles

Alexia Putellas, la capitaine du FC Barcelone. (B. Paquot/L'Équipe)

Actuellement blessée, Alexia Putellas, la Ballon d'Or 2021, a apporté son soutien aux internationales espagnoles qui ont décidé de se mettre en retrait de la sélection pour des désaccords avec le sélectionneur.

Alexia Putellas, la star du FC Barcelone, Ballon d'Or 2021, a apporté son soutien à ses coéquipières de la sélection espagnole. Quinze d'entre elles - essentiellement des joueuses du FC Barcelone - ont envoyé un mail au président de la Fédération Luis Rubiales pour indiquer qu'elles ne viendraient plus en équipe nationale, étant en désaccord avec les méthodes du sélectionneur, Jorge Vilda.

La fédération espagnole

« (Les contestataires) ne reviendront en sélection que si elles assument leur erreur et demandent pardon »

La Fédération, qui a confirmé ce dernier dans ses fonctions, a aussi répondu fermement aux joueuses, n'ayant pas l'air de vouloir ouvrir le dialogue. Elle a ainsi indiqué que les contestataires « ne reviendront en sélection que si elles assument leur erreur et demandent pardon ».

Putellas, actuellement blessée et donc non sélectionnable, a partagé sur son compte Twitter le communiqué publié par les internationales espagnoles qui ont tenu à clarifier leur position.

Elles « regrettent » tout d'abord que la Fédération espagnole « ait rendu publique, de manière partielle et intéressée, une communication privée, avec des informations affectant (leur) santé ». Par ailleurs, elles assurent n'avoir « en aucun cas renoncé à la sélection espagnole ». « C'est pour cette raison que dans notre communication envoyée à la RFEF nous demandons à ne pas être convoquées tant que ne sont pas réglées les situations qui affectent notre état émotionnel et personnel, notre rendement et, par conséquent, les résultats de la sélection et qui peuvent dériver vers des blessures indésirables », expliquent les joueuses.

Les internationales espagnoles ayant décidé de se mettre en retrait de la sélection

« Nous ne tolérons pas le ton infantilisant avec lequel la RFEF conclut son communiqué »

Si elle réclame « un engagement ferme dans un projet professionnel » pour « obtenir les meilleures performances », les internationales nient avoir demandé la démission du sélectionneur. « Nous comprenons que notre travail n'est en aucun cas de choisir ladite position, mais d'exprimer de manière constructive et honnête ce qui peut selon nous améliorer les performances du groupe », ajoute les Espagnoles qui réfutent toute idée de « caprice » ou de « chantage ».

« Nous ne tolérons pas le ton infantilisant avec lequel la RFEF conclut son communiqué », ajoutent les joueuses avant de conclure : « Nous regrettons que dans le cadre du sport féminin nous devions arriver jusqu'à cet extrême, comme cela s'est malheureusement produit historiquement dans d'autres équipes nationales et d'autres sports dans le monde, afin d'avancer dans un projet professionnel puissant et ambitieux pour le présent et pour les générations futures. »

Lors du dernier rassemblement, en septembre, les trois cadres Irene Paredes, Patri Guijarro et Jenni Hermoso avaient convoqué une conférence de presse et reconnu un « mal-être général » en mettant en cause Vilda, en poste depuis 2015, mais avaient nié avoir demandé sa démission.Ni Irene Paredes et Jenni Hermoso, toutes deux également blessées et indisponibles pour le rassemblement à venir, ne figurent parmi les joueuses qui ont sollicité la Fédération.

Selon la presse, les quinze "rebelles" sont Ainhoa Moraza, Lucía García, Leila Ouahabi, Mapi León, Claudia Pina, Laia Aleixandri, Ona Batlle, Andrea Pereira, Aitana Bonmatí, Sandra Paños, Amaiur Sarriegi, Lola Gallardo, Nerea Eizaguirre, Mariona Caldentey et Patri Guijarro. Aucune joueuse du Real Madrid n'apparaît dans cette liste. Six de ces quinze joueuses évoluent au FC Barcelone.

La superstar américaine Megan Rapinoe, Ballon d'Or en 2019, a apporté son soutien aux quinze rebelles espagnoles. « Une seizième joueuse se tient debout à vos côtés aux Etats-Unis », a écrit l'internationale américaine sur son compte Instagram, suivi par 2,2 millions de personnes.