Alexis Pinturault, 4 e de la première manche du géant d'Adelboden: « Ça va dans le bon sens »

Alexis Pinturault bien placé avant la deuxième manche. (S. Boué/L'Équipe)

Quatrième de la première manche du géant d'Adelboden à 1''19 de Marco Odermatt, Alexis Pinturault était plutôt satisfait de sa prestation et tentera de viser le podium en deuxième manche (13 h 30).

Alexis Pinturault, 4eà 1''19 de Marco Odermatt : « Je suis plutôt satisfait, c'est positif. Ce n'est pas un tracé facile, ce sont des conditions normalement qui sont très exigeantes et donc qui font beaucoup d'écarts, et ça se voit d'ailleurs. Après, il y a encore quelques petites choses à corriger mais ça va dans le bon sens, et je me rapproche tout doucement. Mon passage était bien, la neige est plutôt bonne - elle roule légèrement par endroit - ce qui n'est pas toujours facile pour garder le rythme et le bon rythme. Il y a des secteurs où j'étais très bien, d'autres où j'ai été un peu moins bon. Il y a des gros écarts par contre avec le podium provisoire, mais on va voir ce qu'il est possible de faire à la deuxième. »

lire aussi : Le classement de la 1re manche

Victor Muffat-Jeandet (7e à 1''78 de Marco Odermatt) : « Je suis satisfait, mais il faudra l'être à la fin des deux manches. Je suis content, j'ai de nouvelles options de matériel depuis Alta Badia, je ne savais pas comment la piste allait réagir. À la reconnaissance, ça faisait très très peur, un vrai champ de bosses. Mais j'ai réussi à empiler mes virages, j'avais parfois l'impression d'en faire trop, parfois pas assez. C'est la difficulté du géant, trouver le juste milieu. Mais je suis dans le match. Et revenir dans cette arène d'Adelboden, à guichets fermés, j'ai vraiment de la chance. »

Mathieu Faivre (23e, à 3''38 de Marco Odermatt) : « Il faut garder le moral, c'est du ski, ça reste du sport. Mais c'est très frustrant depuis le début de la saison. J'essaie de me remobiliser à chaque course, chaque jour. Même quand je fais des pas dans le bon sens à l'entraînement, des très bons secteurs, je reste à l'arrêt en course. Ce sont les montagnes russes, si je suis bon sur certains secteurs c'est que le ski est là. Il faut que je réussisse ça sur une manche complète. Je fais aujourd'hui une grosse faute en bas qui me coûte très cher. J'ai déjà connu des moments plus agréables dans ma carrière, mais il faut savoir les accepter. »

lire aussi : Pour l'équipe de France, c'est le moment d'accélérer avant les Mondiaux à domicile

Cyprien Sarrazin (a chuté juste avant le mur final en perdant son ski droit) : « En ce moment je prends les filets, il va falloir que ça s'arrête, mais pas de bobo donc tant mieux. Je suis un peu dégoûté, j'espérais faire un truc ici. Je me suis balancé avec mes armes du moment en géant. Ce n'était pas du mauvais ski, j'étais pas très bien dans la ligne, toujours un peu en dessous. Au bout d'un moment ça a coincé, puis je prends les filets pas très vite. Il y avait moyen de faire une deuxième manche, surtout qu'ici j'aime bien, physiquement je tiens, je peux en rajouter en bas et faire la différence. On va analyser, mais je ne peux pas m'en vouloir de m'envoyer. Maintenant focus sur Wengen et Kitzbühel... On va essayer d'aller à l'arrivée mais avec les entraînements ça va revenir, pas de soucis. »