Alizé Cornet cède face à Danielle Collins au troisième tour de l'US Open

Alizé Cornet face à Danielle Collins à l'US Open. (G. Burke/USA Today Sports)

Face à Danielle Collins, qui l'avait déjà battue en quarts de finale de l'Open d'Australie, Alizé Cornet s'est inclinée au troisième tour de l'US Open samedi soir (6-4, 7-6 [9]).

Soirée noire pour les Français, samedi à l'US Open. Après les revers de Richard Gasquet (contre Rafael Nadal) et Clara Burel (contre Aryna Sabalenka), Alizé Cornet s'est à son tour inclinée au troisième tour de l'US Open. La Niçoise est celle qui a le mieux résisté des trois mais elle a, comme les autres, fini par rendre les armes sans gagner un set face à Danielle Collins (6-4, 7-6 [9]). L'Américaine retrouvera la Biélorusse tombeuse de l'autre Française en huitièmes de finale.

lire aussi

Le tableau femmes de l'US Open

Marquée par le souvenir de sa défaite à l'Open d'Australie contre cette même joueuse, Alizé Cornet a tout tenté pour résister à la pression de Collins. Elle a livré une meilleure copie que plusieurs mois plus tôt et a même été toute proche d'aller chercher le deuxième set avec trois balles pour égaliser dans le jeu décisif.

Mais sur ces trois occasions, son adversaire a joué parfaitement le coup. Une grosse première suivie par un coup droit gagnant, une belle accélération en revers et finalement, un revers bien claqué derrière une première balle de service. De quoi dégoûter Cornet qui finissait par s'incliner sur la deuxième balle de match et au bout du suspense dans ce tie-break (11-9).

52 coups gagnants pour Collins

La Française a, comme craint, subi la puissance de la 19e joueuse mondiale à la stratégie 100 % risquée. Sur ce match, la balance a été largement positive en faveur de l'Américaine avec 52 coups gagnants pour 29 fautes directes. Cornet a lutté pied à pied et s'est arrachée sur toutes les balles, à l'image de cette volée-réflexe retombée dans les limites du terrain après laquelle elle a salué le public d'une petite courbette. Mais assez souvent dans ces rallyes ultra-courts mais violents, elle s'est retrouvée loin de la balle.

Un peu trop tôt dans le premier acte, elle a cédé son service. Un retard qu'elle n'a jamais réussi à refaire malgré plusieurs balles de débreak. Dans le second set, elle a réussi à conserver ses mises en jeu, profitant parfois de tentatives beaucoup trop osées de Collins en retour. Elle a manqué le coche, d'un rien, pour faire basculer le jeu décisif et conclut son année en Grand Chelem, la meilleure de sa carrière, sur ce revers au troisième tour.

lire aussi

Serena Williams, les adieux d'une géante