Les All Blacks remontés par l'Angleterre à la dernière seconde

Les All Blacks Caleb Clarke (balle en main) et Rieko Ioane à l'attaque de la défense anglaise (ici Owen Farrell) samedi soir à Twickenham. (B. Cremel/L'Équipe)

Alors qu'ils dominaient, les All Blacks ont concédé le nul (25-25), en partageant les essais - trois partout - face à l'Angleterre, qui s'est réveillée dans les huit dernières minutes à Twickenham samedi soir.

Et alors que les Anglais, en feu, pouvaient espérer remporter au finish cette rencontre qu'ils avaient très mal commencée, leur ouvreur Marcus Smith dégagea le ballon en touche, assurant comme un épicier ce résultat nul, 25-25, qui est un moindre mal pour le XV de la Rose et une frustration pour les All Blacks qui menèrent jusqu'à la 79e et le doublé tout en force de Will Stuart. Au moment où le ballon, frappé par Marcus Smith, quittait le terrain, le public de Twickenham souffla. Mais on ne sait pas si c'était de soulagement ou d'étonnement...

Les Néo-Zélandais - pas seulement les joueurs mais tout un peuple - attendaient cette rencontre depuis la demi-finale perdue lors du Mondial 2019 (19-7). On disait les All Blacks un peu à la dérive cette saison : en trois essais à Twickenham, ils ont démontré qu'ils n'avaient rien perdu de leur tranchant et qu'ils étaient toujours capables d'innover dans le jeu, en témoigne l'essai de Rieko Ioane (50e, 6-22) né d'une passe au pied pour Caleb Clarke, croisant avec son trois-quarts centre lancé à pleine vitesse pour déborder la défense anglaise sur soixante-dix mètres.

lire aussi : Le film de Angleterre - Nouvelle-Zélande

Des Anglais inspirés dans les dernières minutesCe ne fut pas le tournant de ce choc au sommet puisque les All Blacks dominèrent dès l'entame, Abraham Papali'i interceptant à la 4e une passe aveugle du demi de mêlée anglais Jack Van Poortvliet, vraiment à côté de ses pompes dans un premier quart d'heure qui vit ensuite Codie Taylor marquer en force (9e, 0-14). Sept fois, les Anglais se mirent en position devant l'en-but kiwi (12e, 21e, 28e, 45e, 59e, 64e, 68e) mais ils tombèrent sur une défense hermétique, surtout au sol, et commirent trop de fautes de mains pour espérer planter un essai...

À Twickenham, dont les chants masquant le haka n'eurent pas l'effet attendu, les Anglais ne firent honneur à leur capitaine Owen Farrell pour sa centième sélection que dans les dix dernières minutes. Boosté et en supériorité numérique (carton jaune contre Beauden Barrett à la 72e), le XV de la Rose inscrivit alors deux essais constrastés (72e en force par Will Stuart et 74e au alrge par Freddie Steward) mais trop tard pour espérer l'emporter.

lire aussi : Tous les résultats des tests de novembre