Alonso exclut pour l'instant une saison complète en IndyCar

Fabien Gaillard
motorsport.com

Après avoir quitté la Formule 1 fin 2018,  aux 24 Heures du Mans, effectué une tentative ratée de qualification pour les 500 Miles d'Indianapolis 2019 et participé de façon honorable au Dakar 2020 en Arabie Saoudite. Aucun programme complet n'a été engagé depuis la fin de son aventure WEC et en dépit de l'attrait que suscite toujours chez l'Espagnol l'Indy 500, auquel il prendra part cette année encore, il ne semble pour le moment plus être prêt à tenter l'aventure d'une saison complète dans le championnat nord-américain.

Lire aussi :

Alonso : Les plans pour 2021 sont "plus ou moins" décidés

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"C'était quelque chose que j'envisageais peut-être il y a deux ans", a déclaré le double Champion du monde de F1 lors d'un live Instagram avec Le Mans, toujours en quête d'une collection de trophées qui le ferait surnager parmi les pilotes champions dans plusieurs disciplines. "Quand j'ai arrêté la Formule 1, je réfléchissais à ce que j'allais faire ensuite, et évidemment en ayant remporté le championnat WEC et en étant Champion du monde d'Endurance et Champion [du monde] de Formule 1, pourquoi ne pas un jour être Champion d'IndyCar ? Pas seulement des 500 [Miles], [mais] essayer de remporter le championnat dans son ensemble."

"Ça serait unique. Ça ne ferait pas de moi le second homme de l'Histoire, ça ferait de moi le premier de l'Histoire, et c'était très attirant", a ajouté Alonso. Il faut tout de même préciser que le Championnat du monde des voitures de sport, qui existait entre 1953 et 1992, ne sacra des pilotes qu'à partir de 1981 et que le WEC n'a lui été créé qu'en 2012.

Voir aussi :

Diaporama - La Triple couronne, un Graal presque inaccessible

"L'implication pour réaliser cela serait trop importante, à ce stade de ma vie", a ajouté Alonso, qui n'exclut pourtant pas, par ailleurs, un retour à plein temps en F1 en fonction des résultats de la nouvelle réglementation. "Je pense qu'il y a quelques années, peut-être que ça aurait été une possibilité, mais pour l'instant, pour faire 16 ou 17 courses et connaître tous les circuits, il me faudrait être à un niveau de préparation ou d'implication qu'à ce moment de ma vie je ne serais peut-être pas heureux d'avoir. L'Indy 500 est déjà un bel engagement et une longue préparation pour une seule course, donc je n'imagine même pas le championnat tout entier. Ça serait une implication totale."

À lire aussi