Alonso ouvert à d'autres courses IndyCar, avant ou après les 500 Miles

Guillaume Navarro
motorsport.com

a été officialisé comme le pilote de la Chevrolet #66 de l'Arrow McLaren SP sponsorisée par Ruoff pour les 500 Miles d'Indianapolis 2020, pour sa troisième participation à l'épreuve. Il a à cette occasion fait savoir que le fait de disputer d'autres courses du championnat que les 500 Miles avait été un sujet de discussion, aussi bien avec Andretti Autosport − avec qui il n'a pas été possible de trouver d'entente − qu'avec Arrow McLaren SP, qui semble ouvert à cette possibilité.

"Cela faisait partie des conversations que j'ai eues avec les deux équipes et c'est toujours un sujet ouvert", assure le double Champion du monde de Formule 1 et Champion WEC. "On peut penser que plus tard cette l'année, il pourrait être possible de participer à une course d'IndyCar normale, juste pour voir comment l'on se sent et prendre un peu plus d'expérience. J'ai pensé que ce pourrait être avant l'Indy 500 parce que cela me procurerait un peu de préparation et que cette année, je ne fais pas ni F1 ni le Championnat du monde d'Endurance. Donc ma dernière course a été le Dakar, qui est complètement à l'opposée [en termes de pilotage] !"

Un décrassage sur bitume au volant d'une monoplace pourrait donc être un atout pour l'Espagnol. "Peut-être qu'une course avant ou un test supplémentaire m'aiderait aussi, même si ce n'est pas une course sur ovale. Il y a donc des choses qui sont en cours de négociation et il s'agit de quelque chose qui a joué un rôle dans la décision finale [de rejoindre Arrow McLaren] également."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

Se préparer comme il faut, quelle que soit la manière

Interrogé spécifiquement sur le Grand Prix GMR d'Indianapolis se tenant sur le circuit routier IMS à la mi-mai, Alonso a répété : "Il y a des possibilités [mais] je pense que ce n'est pas à moi de décider à 100%. Comme je l'ai dit, plus d'essais, plus de temps de simulation, plus de courses − tout ce que je peux faire avant l'Indy 500 ne peut qu'être bénéfique à ma préparation, car j'aimerais être un peu plus actif d'ici l'Indy 500."

"Mais il y a d'autres choses qui peuvent compromettre la voiture de l'Indy 500, la configuration ou la construction de tout cela, donc je ne veux pas créer de problèmes avec cette préparation", poursuit l'Espagnol, qui sait à quel point les préparatifs et l'organisation de sa précédente participation aux 500 Miles − remportées sur  − ont tourné au désastre dans le domaine. "Il y a des choses dont je vais parler avec l'équipe − ils ont beaucoup plus d'expérience que moi. Avec Sam [Schmidt, copropriétaire de l'équipe], Zak [Brown, PDG de McLaren], Gil [de Ferran, directeur sportif de McLaren], nous allons déterminer quelle est la meilleure préparation. Comme je l'ai dit, je suis ouvert à faire plus de choses que par le passé."

Avec David Malsher-Lopez

À lire aussi