Alpinisme - Alpinisme : cinq morts en Russie lors d'une ascension sur le mont Elbrouz

·2 min de lecture

Cinq alpinistes ont perdu la vie à cause d'une violente tempête, dans la nuit de jeudi à vendredi, lors d'une ascension de L'Elbrouz en Russie, plus haut sommet du Caucase et d'Europe (5 642 m). Nouvelle tragédie sur l'Elbrouz, plus haute montagne d'Europe et du Caucase russe. Dans la nuit de jeudi à vendredi, une violente et soudaine tempête a surpris un groupe d'alpinistes qui effectuait l'ascension du massif, entraînant ainsi la mort de cinq d'entre eux. Selon le ministère russe des Situations d'urgence, le groupe de 19 alpinistes s'était retrouvé piégé jeudi à plus de 5 000 mètres d'altitude à cause d'une subite dégradation de la météo. Ils avaient envoyé une alerte directement. « Nous avons pu sauver 14 personnes, ils ont été évacués [...] en véhicules à chenilles et pris en charge par des médecins, a indiqué le ministère russe sur son compte Telegram. Malheureusement, cinq personnes sont mortes. » lire aussi Qui étaient les trois alpinistes disparus du K2, Ali Sadpara, Mohr et Snorri « Deux participants sont morts d'hypothermie, explique la société Elbrus Guide, qui a organisé l'ascension. Lors de la descente, deux (autres) participants ont perdu connaissance et ont été portés jusqu'au camp Garabachi à 3 900 mètres où ils sont morts sans avoir repris connaissance ». Parmi les survivants, onze ont été hospitalisés dont « deux en réanimation », selon le ministère de la Santé de Kabardino-Balkarie, région où se trouve l'Elbrouz. « Les blessés souffrent notamment d'engelures. »
Ministère russe des Situations d'urgence « Les sauveteurs ont travaillé dans les conditions les plus difficiles » Suite à l'alerte donnée, une équipe de secours de 69 personnes et 16 véhicules ont alors été envoyés à leur rescousse. « Les sauveteurs ont travaillé dans les conditions les plus difficiles, a décrit le ministère des Situations d'urgence. La force du vent a atteint entre 40/70 m par seconde, il y avait de fortes précipitations de neige et la température est tombée jusqu'à moins 20 degrés. » Une opération de secours de près de 5 heures La périlleuse opération de secours des alpinistes aura duré près de cinq heures, « jusqu'à 2h45 locales dans la nuit de jeudi à vendredi », d'après cette source. Des vidéos diffusées par les sauveteurs les montrent dans la nuit, soutenant des alpinistes titubant ou tirant un brancard, avançant péniblement à travers une épaisse poudreuse soulevée par des vents violents. Cité par l'agence de presse TASS, Denis Alimov, un responsable de la structure ayant organisé l'ascension, a indiqué qu'une jeune femme du groupe s'était sentie mal dans la matinée de jeudi et qu'elle avait rebroussé chemin avec un guide. Malgré cet abandon, le reste du groupe a, quant à lui, poursuivi vers le sommet avant d'être subitement surpris par les mauvaises conditions météorologiques. Le responsable a indiqué que « la jeune femme, elle, est décédée dans les bras du guide l'accompagnant lors de la descente. » C'est le guide, redescendu seul, qui a pu alerter les autorités qui ont organisé l'opération pour sauver les 17 alpinistes encore en montagne.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles