Alpinisme - L'espoir de retrouver les trois alpinistes français portés disparus au Népal « quasi nul »

·1 min de lecture

Trois alpinistes français sont portés disparus depuis une semaine au Népal. Selon la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM), « l'espoir de retrouver des survivants est à présent quasi nul ». « L'espoir de retrouver des survivants est à présent quasi nul », a déclaré dans un communiqué la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne. Louis Pachoud, Gabriel Miloche et Thomas Arfi font partie du Groupe Excellence Alpinisme National (le GEAN), le groupe d'alpinistes de haut niveau de la fédération et sont portés disparus depuis une semaine. Ils étaient sur la face ouest du Mingbo Eiger (6 070 m), au Népal. L'expédition avait pour but de gravir plusieurs faces nord vierges autour de 6 000 mètres dans la vallée du Khumbu, non loin de l'Everest. Leur dernière communication date du mardi 26 octobre. À 17h11, ils ont envoyé un SMS « enthousiaste » depuis leur bivouac. Les recherches ont permis de localiser leurs traces jusqu'à 5900 m sur l'arête qui mène au sommet. « À cette altitude, les secouristes ont pu constater le déclenchement d'une avalanche, a précisé la FFCAM. Les traces montrent qu'ils ont alors renoncé à aller au sommet, ont fait demi-tour et ont entamé leur descente par leur itinéraire de montée. Les traces se perdent dans les débris de l'avalanche. » Trois sacs et du matériel de bivouac ont été retrouvés. Les cinq autres membres de l'équipe du GEAN devraient être rapatriés en France d'ici quelques jours. Lundi matin, la FFCAM précisait être « entièrement mobilisée afin de permettre aux équipes dépêchées sur place de continuer à mener les recherches à cette altitude. Nous sommes également aux côtés des familles pour les soutenir dans cette épreuve. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles