Alpinisme - Qui sont les trois alpinistes français portés disparus au Népal

·2 min de lecture

Depuis une semaine, Louis Pachoud, Gabiel Miloche et Thomas Arfi sont portés disparus au Népal. Les trois font partie du Groupe excellence alpinisme national (GEAN), le fleuron de la jeunesse de l'alpinisme français.

« L'espoir de retrouver des survivants est à présent quasi nul ». Le communiqué de la Fédération Française des clubs alpins et de montagne (FFCAM) vient confirmer les craintes du monde de l'alpinisme français. Louis Pachoud, Gabriel Miloche et Thomas Arfi n'ont pas donné le moindre signe de vie depuis le 26 octobre et une avalanche sur la face ouest du Mingbo Eiger (6 070 m), au Népal. Cette expédition en Himalaya avait pour but de gravir plusieurs faces nord vierges autour de 6 000 mètres dans la vallée du Khumbu, non loin de l'Everest.

lire aussi
Des Français ouvrent une voie extrême au Chamlang en Himalaya

Des alpinistes de 27 et 34 ans
Agé de 27 ans et originaire de Chambéry, Louis Pachoud est ingénieur mécanique. Depuis toujours attiré par l'aventure, après avoir commencé l'escalade à 15 ans, il se met à l'alpinisme, « qui lie l'aspect purement technique de l'escalade à des notions d'engagement, de stratégie et de milieux aléatoires », selon ses mots sur le site du GEAN. Pachoud, passé également par le groupe espoir alpinisme Savoie et compétiteur en ski-alpinisme, comptait finir son apprentissage commencé il y a deux ans avec cette expédition avant de devenir guide de haute montagne.

lire aussi
L'actu de l'alpinisme

Gabriel Miloche, ingénieur ski au centre recherche et développement des produits de montagne de Décathlon, est un féru de la montagne depuis toujours. Le Briançonnais de 27 ans a fait ses gammes en ski très tôt, avant de s'intéresser à l'escalade à 11 ans. Il commence dans le club de sa ville et très vite, brille dans les compétitions nationales. Au lycée, il intègre le groupe montagne, où il excelle, et rejoint à 18 ans le groupe espoir Hautes-Alpes.

Malgré quelques blessures graves, le Français n'a jamais remis en cause son amour pour l'alpinisme. « Ce que j'aime dans l'alpinisme, c'est la polyvalence des pratiques et techniques de progression et d'ascension, qui me donnent la sensation de vie et liberté, le tout partagé entre amis dans un environnement unique », expliquait l'aspirant guide de haute montagne au GEAN.

Fort de son expérience, le Niçois de 34 ans Thomas Arfi est guide de haute montagne depuis plusieurs années et encadrait le groupe. Membre de l'association Guides 06, dans le Mercantour, il tient un blog sur lequel il raconte ses aventures. Comme beaucoup, il a débuté par l'escalade avant de se lancer dans le ski et l'alpinisme. Coach de l'équipe de GEAN, titulaire d'un bac + 5 en gestion des risques naturels, Arfi est un alpiniste reconnu.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles