Alpinisme - Qui est Yasushi Yamanoi, Piolet d'or « Carrière » 2021 ?

·2 min de lecture

Le Japonais de 56 ans Yasushi Yamanoi a reçu ce week-end le Piolet d'or « carrière », sorte de Ballon d'Or de l'alpinisme, distinguant ainsi une riche carrière marquée par des ascensions en solitaire remarquables.

« Que ce soit en solo, en couple ou avec des amis, l'alpinisme de Yasushi Yamanoi s'est brillamment illustré en matière de créativité, d'engagement et de résilience. Son style minimaliste et ses ascensions souvent discrètes ont montré la voie aux jeunes alpinistes japonais afin de s'exprimer en style alpin moderne. Associé à un respect écologique intransigeant pour les lieux à travers lesquels il a voyagé, l'ensemble de ces qualités font aujourd'hui de Yasushi Yamanoi un digne lauréat de ce 13e Piolet d'Or Carrière. » Ce sont par ces mots que le jury des Piolets d'Or a remis le « Piolet d'or Carrière » au Japonais de 56 ans Yasushi Yamanoi afin de célébrer l'ensemble de son parcours prolifique d'alpiniste. L'an dernier, c'est la Française Catherine Destivelle qui avait remporté cette distinction, sorte de Ballon d'Or de l'alpinisme.

Des grandes ascensions en solitaire
Un parcours qui commence sur le rocher. Après avoir découvert l'escalade dans son pays d'origine et réalisé ses premiers solos, il s'envole pour la côte Ouest des États-Unis afin de faire ses armes sur les grandes voies californiennes tout en travaillant dans un restaurant à Los Angeles. Ce rythme de vie composé de grandes ascensions en solitaire et de petits boulots le suivra toute sa vie.

En 1987, Yamanoi voyage dans les Alpes pour réaliser incognito la première ascension solitaire de la Directissime Française au Petit Dru (massif du Mont-Blanc). S'en suit une voie nouvelle et une grande aventure, en solitaire encore, sur les 1 400 m de la face ouest du mont Thor sur l'île de Baffin (Canada). Puis en juillet 1990, il entre dans l'histoire de l'alpinisme en devenant le premier homme à gravir le Fitz Roy en hiver, toujours seul (Patagonie).

lire aussi
Un duo français récompensé aux Piolets d'Or

L'automne 1994 marque l'entrée du Japonais dans cours de grands. « Au Cho Oyu (8 188 m), Yamanoi intègre un club élitiste : il est parmi les rares alpinistes à avoir réussi l'ouverture d'une nouvelle ligne indépendante en solitaire sur un sommet de 8 000 m », affirme le jury des Piolets d'or. Il poursuivra dans ses ambitions himalayennes pendant près d'une décennie, signant des nouvelles voies en solitaire ou avec sa compagne, l'alpiniste Taeko Nagao et des tentatives remarquables comme celle de l'exploration de la face Est du K2 en 1995.

« En 2002, une expédition au Tibet visant à réaliser la seconde ascension de la voie slovène en face nord du Gyachung Kang, quinzième plus haut sommet du monde rarement gravi, marque un changement de vie pour le couple, poursuit le jury. Grimpant en pur style alpin, Taeko renonce à 7 600 m, laissant Yasushi seul atteindre le sommet dans une météo en cours de dégradation. La descente, succession d'avalanches, d'ophtalmies et de gelures, tournera à l'épopée. » De retour au Japon, tous deux subiront des amputations considérables (sachant que Taeko avait déjà laissé des doigts au Makalu), Yasushi perdant tous ses orteils au pied droit ainsi que plusieurs phalanges à cinq de ses doigts.

lire aussi
Toute l'actu alpinisme

Cet accident ne signera pas pour autant la fin de sa carrière : Yasushi Yamanoi poursuivra son parcours des années encore après sa convalescence et deviendra en 2005 le héros de « Gelé », livre de l'auteur japonais Kotaro Sawaki au sujet de l'épopée du Gyachung Kang, est devenu un best-seller et a fait connaître le nom de Yamanoi au-delà de la communauté alpine.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles