Amélie Nothomb nous raconte l'époque où elle se faisait insulter à l'université

Brillante, hypermnésique, studieuse... L'image que renvoie l'autrice Amélie Nothomb pourrait laisser imaginer que ses études de philologie se sont déroulées sans encombre. Elle y a pourtant vécu des moments durs à encaisser, comme elle l'a confié au micro de Philippe Vandel. Des événements qu'elle a repris dans son nouveau roman "Les Aérostats", sorti le 19 août dernier chez Albin Michel. Ange, son héroïne, y vit la même humiliation publique.

>> Retrouvez Culture Médias en replay et en podcast ici

"Sérieuse comme un pape, la vitalité d'un poireau trop cuit"

Amélie Nothomb et son personnage, toutes deux étudiantes en philologie, bravent leur timidité pour poser une question pendant un cours magistral. "Je pensais être transparente, jusqu'au jour où, prenant la parole en cours, je me suis fait insulter par tout le monde", explique la romancière. Celui qu'elle décrit comme "le plus beau garçon" de sa promotion s'écrit alors "Mais quelle conne !". Une insulte reprise par tous ses camarades. "Tout l'amphi a crié 'Connasse!', ça m'a fait beaucoup d'effet."

>> LIRE AUSSI Le portrait inattendu de… Amélie Nothomb

L'autrice n'est pourtant pas tendre avec l'étudiante qu'elle a été, et qui lui a inspiré son personnage principal. "À 19 ans, j'étais sérieuse comme un pape, j'avais la vitalité d'un poireau trop cuit. En dehors de la lecture, il n'y avait vraiment pas grand chose dans ma vie", décrit-elle froidement.

...
Lire la suite sur Europe1