Amical - L'Argentine et l'Uruguay dos à dos

Après s'être offert le Brésil (1-0) dans Superclasico, l'Argentine de Lionel Messi comptait bien faire la passe de deux contre le troisième poids lourd du continent sud-américain, l'Uruguay. Mais la Celeste a donné du fil à retordre à cette formation encore sur courant alternatif.

Les hommes d'Oscar Tabarez ont pu s'appuyer sur leurs vertus de toujours - grinta, intelligence tactique, talent offensif - pour tendre un piège parfait à une formation argentine encore sur courant alternatif. Et c'est évidemment le tandem Cavani-Suarez qui a pris la lumière. Pour le meilleur buteur de l'histoire du Paris Saint-Germain, c'est une vraie bonne nouvelle.

Toutes les stars au rendez-vous

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Car Cavani avait déjà trouvé le chemin des filets contre la Hongrie il y a trois jours. Et le Matador a remis cela en débloquant la situation d'un but opportuniste (0-1, 34e) - inscrivant ainsi son 50ème but en sélection. Avant cela, les Argentins avaient concédé une première situation chaude sur une alerte de Suarez (21e). Bref, ces deux-là étaient dans un bon soir.

Luis Suárez Messi Argentina Uruguay
Luis Suárez Messi Argentina Uruguay

En face, Lionel Messi a mis du temps à régler la mire, à l'image de ce coup-franc trop mou juste avant la mi-temps (44e), mais il a été plus incisif après le repos, contraignant cette fois-ci Campana à sortir le grand jeu sur un nouveau coup-franc bien plus puissant (53e) avant de distiller un ballon parfait sur la tête d'Agüero (1-1, 63e). S'en est suivi un vrai temps fort que l'Albiceleste n'est pas parvenue à fructifier. C'est donc le moment qu'a choisi Luis Suarez pour s'illustrer à son tour sur coup-franc. Dans cet exercice, le numéro 9 est souvent rélégué dans l'ombre de son ami Messi, à Barcelone. Sa frappe enroulée et puissante a remis les siens sur le chemin de la victoire (1-2, 68e).

Arc-boutée sur son but dans les vingt dernières minutes, la Celeste a plié, longtemps, avant de craquer, finalement, sur un penalty bêtement concédé par Caceres. Un penalty que l'inévitable Messi a transformé avec autorité pour mettre un point final à ce match très engagé (2-2, 90e+2).

À lire aussi