Amiens SC - Le club monte au créneau : "Ce combat, nous le menons contre l'injustice"

Goal.com

Si le combat que l'Amiens SC s'apprête à livrer sera long et décisif à bien des égards, la conférence de presse de ce mardi 12 mai fera incontestablement office d'acte fondateur. Oui, l'Amiens SC a bien été officiellement relégué en Ligue 2 à la suite des décisions du gouvernement français et de la LFP actant l'arrêt de la saison 2019-20. Non, les Picards n'acceptent pas cette relégation. En ces temps de crise sanitaire, et alors que la pandémie de coronavirus bouscule le paysage mondial, les pensionnaires du stade de la Licorne entendent faire valoir leurs droits. Ce mardi, Bernard Joannin, le président du club, tenait une conférence de presse aux côtés de Brigitte Fouré (Maire d'Amiens), Christophe Bertrand (avocat) et d'Alain Gest (président d'Amiens Métropole). Le mot d'ordre était clair : les actions en justice trancheront

"C'est une décision sanction de la part de la Ligue"

En premier lieu, c'est Bernard Joannin, le président de l'ASC, qui s'est exprimé face aux médias présents. "Je tiens à préciser que cette décision d'arrêter le championnat, je ne l'ai jamais contestée. Par contre, la décision du conseil d'administration de la Ligue, est injuste, elle est incohérente et elle est infondée. Comment peut-on reléguer à la 28ème journée deux équipes alors qu'il reste un quart du championnat à jouer ? (...) Le football n'est pas, pour nous, une question d'argent. Nous ne demandons pas de dédommagement financier", a d'abord déclaré le dirigeant, apparu peiné par cette situation l'obligeant à monter au créneau face à la presse. 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Nous nous battons. Ce combat, nous le menons contre l'injustice. Nous trouvons cette décision contraire à l'équité sportive. C'est une décision sanction de la part de la Ligue. Je le répète, cette décision est injuste. Un championnat, c'est 38 matches. 19 aller, 19 retour. 28 journées, ce n'est pas révélateur de la véritable performance des équipes (...) Rappelez vous Amiens... Amiens n'est jamais aussi fort que dans le dernier quart du championnat. En National, nous avons réussi à monter lors du dernier match. En Ligue 2, l'exploit de gagner notre dernier match à la dernière seconde. Notre maintien en Ligue 1 la première année ? Le dernier match... Oui, le fighting spirit picard existe", a ensuite ajouté le dirigeant, fermement déterminé à faire valoir les intérêts de son club, qu'il estime lésé par sa relégation en Ligue 2. 

Sehrou Guirassy Idrissa Gueye Amiens PSG Ligue 1
Sehrou Guirassy Idrissa Gueye Amiens PSG Ligue 1

"Les commentateurs sportifs sont unanimes pour penser qu'Amiens est lésé dans cette affaire. J'ai la conviction que cette décision a été prise dans la précipitation. Qu'elle a été prise sans réelle concertation. Regardez les autres sports, le rugby, le handball, le basket, ils n'ont procédé à aucune relégation. Le foot pro est le seul à avoir pris cette décision. Nos amis européens n'ont procédé à aucune relégation. En France, on nous contraint à nous battre. On nous contraint à aller en justice, contre cette décision unique de la Ligue. Que de temps perdu, quel gâchis, de temps, d'énergie (...) Nous sommes en situation exceptionnelle, on pouvait éviter ces relégations arbitraires. Cette décision de la Ligue, je la trouve dénuée de solidarité, d'humanité, ces valeurs inhérantes au monde du football", ajoute le président. 

"Persuadé que la justice nous donnera raison"

S'il estime la relégation d'Amiens injuste, quid de ses propositions ? Bernard Joannin s'est montré favorable à l'idée d'une saison 2020-2021 à 22 équipes. "La Ligue 1, à 22 ou autre, sera une bonne solution. Il y a des options viables sportivement et juridiquement. Mon voeu le plus cher aurait été que dans ce moment exceptionnel que nous vivons en France, la Fédération et la Ligue fassent preuve d'humanité et de solidarité. Malheureusement, ça n'a pas été le cas. Et nous commes contraints d'aller en justice. Les arguments de droit sont de notre côté, je vous l'assure. Je suis persuadé que la justice nous donnera raison. Nous sommes déterminés à faire valoir l'équité sportive, même si cela doit passer par les tribunaux. Il est temps que l'humanisme et la justice l'emportent sur les autres intérêts."

Amiens saisit la justice pour annuler la descente

Des propos appuyés par Brigitte Fouré, Maire d'Amiens. "Je ne suis pas spécialiste du droit du sport, mais néanmoins je suis juriste. Nous sommes dans une situation totalement inédite. Personne n'avait imaginé cette situation et donc aucune règle n'a été prévue pour régler et pour trancher cette difficulté. Dans ces cas-là comment fait-on en droit ? Quand il n'y a pas de règle, on se réfère le cas échéant aux principes généraux du droit, et on se réfère à l'équité. Et je demande vraiment instamment aux juges de suivre cette démarche. L'équité c'est évidemment de ne pas arrêter sans tenir compte de ce qui se serait peut-être passé à l'issue de la saison sportive."

À lire aussi