Aminata Diallo envisage d'attaquer le PSG

Aminata Diallo, ici en janvier à Saint-Germain-en Laye, a été laissée libre par le PSG en fin de saison. (A. Réau/L'Équipe)

L'ancienne milieu du PSG Aminata Diallo songe à intenter une action en justice à l'encontre du club parisien, estimant que celui-ci n'a pas respecté ses engagements au sujet d'une prolongation de son contrat, en juin dernier.

Laissée libre par le PSG le 30 juin dernier, Aminata Diallo envisage, comme l'a révélé RMC Sport vendredi, d'attaquer le club parisien en lui reprochant de ne pas avoir respecté des engagements oraux sur une prolongation de contrat. Désormais représentée par maître Carlo Alberto Brusa, qui a défendu par le passé des joueurs tels que Franck Ribéry ou Zinédine Zidane, la milieu de terrain de 27 ans avance qu'une prolongation était proche en fin de saison dernière mais que le PSG a pris soudainement et unilatéralement la décision de ne pas la conserver, sans raison, ce qui a eu pour conséquence de l'empêcher de trouver un autre club pour rebondir.

Cette absence de prolongation peut constituer une « rupture abusive » selon le clan Diallo, qui s'interroge aussi sur les avantages en nature octroyés par le PSG (voiture, appartement) dont bénéficie toujours la joueuse, alors qu'elle n'a plus de contrat.

Elle dément avoir mis un terme à sa carrière

Informé par courrier et très surpris de la menace de plainte de son ex-joueuse, le PSG reconnaît que des discussions sur une éventuelle prolongation ont eu lieu durant la saison dernière, mais sans qu'aucune proposition écrite ne soit jamais formulée, ni par l'ancienne direction (Ulrich Ramé), ni par la nouvelle (Angelo Castellazzi).

Le club estime aussi avoir été clair au moment d'annoncer les raisons de cette non-prolongation à la joueuse, à savoir suivre la politique de miser sur de jeunes joueuses d'avenir pour reconstruire le milieu. Paris précise enfin, à propos de la voiture de fonction et de l'appartement, qu'il s'agissait de deux avantages laissés à Diallo à sa demande, jusqu'au 1er septembre, pour lui laisser le temps de rebondir. La joueuse n'aurait d'ailleurs pas restitué les clés.

lire aussi

Depuis sept mois, l'affaire Kheira Hamraoui piétine

En parallèle de ses griefs contre le PSG, Aminata Diallo, dont la carrière a été fortement impactée ces derniers mois par les remous de l'affaire de l'agression de Kheira Hamraoui (*), a par ailleurs démenti la rumeur venue en début de semaine des réseaux sociaux selon laquelle elle mettrait un terme à sa carrière de joueuse professionnelle. L'internationale française (7 sélections, 1 but) est à la recherche d'une équipe, et la formation anglaise d'Aston Villa suit notamment son cas.

(*) En garde à vue pendant 36 heures dans le cadre de cette affaire en novembre dernier, Aminata Diallo avait été relâchée sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle, mais sa saison sportive en a pâti.