Un an après le début de la crise sanitaire, le judo est dans une situation alarmante

Emmanuel Rupied
·1 min de lecture

"On a perdu plus de 180 000 licenciés soit près de 35% en moins et une perte de 7 millions d'euros". Le ton est lourd et les chiffres alarmants. Invité ce lundi soir sur France Info, le président de la Fédération française de judo Stéphane Nomis est venu dresser le bilan et alerter sur la situation du judo amateur qui ne vit plus, ou presque, depuis le début de la crise sanitaire il y a désormais un an.

Le judo sans perfusion

Fort de ses 600 000 licenciés, le judo est le 4e sport le plus pratiqué en France. Avec la Covid-19, comme tous les sports en salle, les tatamis ont longtemps été remisés au placard. Faute de protocole suffisamment sûr. Et pour Nomis, si le Fédération est touchée, à travers, c'est tout le judo qui l'est. "Ce sont les petites associations qui sont directement affectées. Le sport amateur vit de ça". Quant aux clubs plus huppés, ce n'est guère mieux : "Ils ont perdu 35 millions d'euros depuis le début de la crise sanitaire".

Stéphane Nomis alerte, "nous sommes en mode survie, on vit d'un mois à l'autre....

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi